Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos du séjour de Napoléon Bonaparte à Aniche

Publié le par MG

Quand on cherche sur Wikipédia des informations sur l'histoire de la ville d'Aniche, on découvre que Bonaparte aurait loué pour un mois une chambre donnant sur la Place du Marché (actuelle Place Jean Jaurès), face à l'église Saint-Martin et fait part à Mademoiselle Gerbier de ses premières ambitions politiques. Voici le passage concerné copié-collé :

1787 : Napoléon Bonaparte (1769-1821), alors jeune officier en cantonnement à la caserne de Douai, a entretenu une courte liaison avec Mademoiselle Gerbier à Aniche. Malgré sa maigre solde, il loue pour un mois une chambre place du Marché, face à l'église Saint-Martin. Il fait part à Mademoiselle Gerbier de ses premières ambitions politiques, de ses sympathies pour les Lumières et s'enflamme pour le projet de Monsieur de Lapérouse dans son expédition autour du monde. Rappelé par ses obligations militaires, il abandonne Mademoiselle Gerbier. Dans un lapidaire courrier d'adieu, Bonaparte écrit : « Dans votre ville d'Aniche ne sortent que des riens. Le temps, seul, pourra faire naître chez vous des géants. Si ces gens cessent de boire. »

Cette ineptie n'est pas la première, puisque le 15 novembre 1965, la Voix du Nord présentait un article qui narrait la venue de Napoléon 1er à Aniche pour remettre la Légion d'Honneur à un certain « notable », Auguste Louis Lanvin, maire de la commune d'Aniche depuis le 1er août 1800. L'entrevue aurait eu lieu en 1804 dans une maison située dans l'actuelle rue Barbuse qui faisait probablement partie de la vaste propriété de la famille Six, cultivateurs et brasseurs.

S'il est vrai que le maire Lanvin s'illustra aux travers de campagnes militaires et pouvait prétendre à la Légion d'Honneur récemment créée par Napoléon, ce dernier ne la lui remit jamais, ni à Aniche, ni ailleurs. Les archives relatent effectivement le fait que Lanvin fut l'un des premiers Français et le premier Anichois à obtenir cette distinction et que Napoléon s'est bien arrêté quelques instants le 31 août 1804 à Aniche après être passé sous un arc de triomphe en feuillage érigé par les habitants. Mais en aucun cas le déplacement impérial – Bonaparte pensait que s'il voulait battre l'Angleterre, ce serait sur terre, c'est pourquoi, il quitte Boulogne pour Aix-la-Chapelle - correspondait à la remise de la Légion d'Honneur.

Quant à la maison évoquée plus haut et photographiée ci-après, elle fut réellement celle du notable Lanvin. Ce maire d'Aniche reçut bien son insigne entre 1804 et 1806 en tant que légionnaire. Et conformément à une circulaire du préfet du département datant du 9 juin 1807 qui insiste sur l'obligation de mentionner distinctions et actes de bravoure dans l'état civil d'un maire de commune, Lanvin fit poser une plaque sur le haut de la façade arrière de sa demeure qui affiche encore aujourd'hui les symboles de la Légion d'Honneur. N'avait-il pas bien fait, lui qui souhaitait l'installation chez lui du bureau de recettes de la Compagnie des Mines d'Aniche ?

Texte et photos : MG - 28 avril 2015. D'après le fascicule de Didier Delrot, La première Légion d'Honneur à Aniche, mars 1987, Société d'Histoire locale d'Aniche.

Auguste Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817. Source : Société d'histoire d'Aniche.

Auguste Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817. Source : Société d'histoire d'Aniche.

Façade de la maison d'Auguste-Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817. Rue Barbusse, Aniche.

Façade de la maison d'Auguste-Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817. Rue Barbusse, Aniche.

Façade arrière de la maison d'Auguste-Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817 avec, cerclé de rouge, la plaque représentant la Légion d'Honneur. Rue Barbusse, Aniche.
Façade arrière de la maison d'Auguste-Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817 avec, cerclé de rouge, la plaque représentant la Légion d'Honneur. Rue Barbusse, Aniche.

Façade arrière de la maison d'Auguste-Louis Lanvin (1770-1817), maire d'Aniche de 1800 à 1817 avec, cerclé de rouge, la plaque représentant la Légion d'Honneur. Rue Barbusse, Aniche.

Document archivé à la Société d'histoire d'Aniche.

Document archivé à la Société d'histoire d'Aniche.

Document archivé à la Société d'histoire d'Aniche.

Document archivé à la Société d'histoire d'Aniche.

Commenter cet article