Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les festivités de Kopierre du 26 juin 1960 à Aniche

Publié le par MG

Salut vieux camarad', ti qu'in croyot perdu.

Té v'la pu grind, pu biau, aveuc nous arvenu.

Julien Lagrange, Salut, Kopierre, salut, 27 juin 1954.

 

Les géants au ventre d'osier semblent avoir la peau dure, descendant les rues des bourgs qui les ont vus naître et traversant le temps, toujours allègrement. De tous ceux qui défilent, animent cortèges et processions dans le Nord de la France, il en est un qui, tel un Phénix, renaît sans cesse et s'adapte au fil des décennies pour mieux fédérer une population aux prises avec les difficultés socio-économiques. Il s'agit de Kopierre, ce grand militaire barbu à la coiffe fourrée se baladant annuellement dans la commune d'Aniche (59580) à la fin du mois de juin.

Créé en 1911 à la suite d'une querelle de clochers entre Aniche et Douai, le géant Kopierre, dont les traits sont ceux du forgeron devenu tambour-major Alexandre Consil (1834-1909), est célébré jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale. Sa disparition manque tant aux habitants que la municipalité lui donne une nouvelle apparence en 1954. Durant quarante-quatre années, le géant arpente les rues chaque quatrième dimanche de juin. Mais le colosse d'osier vieillit. Si l'on conserve encore la tête à la Société d'histoire locale d'Aniche, le reste du corps est remodelé avec de la résine polyester armée en 1998. Plus petit et imberbe, il continue de défiler le premier week-end d'été.

Chaque année, il est l'objet de toutes les attentions. On l'admire. Et on le photographie sous tous les angles, dans toutes les rues où il se rend et sur la Grand'Place où il stationne durant quelques heures. Des nombreux témoignages visuels existant, il en est un que j'affectionne particulièrement et que je souhaite vous montrer ici. Ce sont les photographies en noir et blanc, de formats variés, prises par Raymond Walter (1902-1974) et précieusement rangées et commentées dans un album archivé à la Société d'histoire locale de la commune. Ouvrons maintenant ce document et (re)lisons ces souvenirs du 26 juin 1960.

 

 

 

Cette histoire commence un jour de juin 1960 sur les murs de la ville...

Cette histoire commence un jour de juin 1960 sur les murs de la ville...

Cinquante ans plus tôt mourait un Anichois que sa haute taille et ses mirifiques exploits avaient rendu célèbre. Un poète de ses amis composa son épitaphe, le sacra géant et initia des fêtes qui devaient perpétuer sa mémoire.

Cinquante ans plus tôt mourait un Anichois que sa haute taille et ses mirifiques exploits avaient rendu célèbre. Un poète de ses amis composa son épitaphe, le sacra géant et initia des fêtes qui devaient perpétuer sa mémoire.

Ainsi entra et s'inscrivit dans l'histoire d'Aniche et des Flandres le renom du géant Kopierre...

Ainsi entra et s'inscrivit dans l'histoire d'Aniche et des Flandres le renom du géant Kopierre...

Tombé dans l'oubli après les deux guerres, il retrouve sa renommée en 1954 grâce à un autre poète qui rénove les fêtes et leur donne un nouvel éclat... - Photo : MG, 27 juillet 2015.

Tombé dans l'oubli après les deux guerres, il retrouve sa renommée en 1954 grâce à un autre poète qui rénove les fêtes et leur donne un nouvel éclat... - Photo : MG, 27 juillet 2015.

Chaque année, tout le long du fabuleux cortège, se presse une foule nombreuse et animée qui sympathise vite avec les joyeux figurants...

Chaque année, tout le long du fabuleux cortège, se presse une foule nombreuse et animée qui sympathise vite avec les joyeux figurants...

C'est sous les accents endiablés de la clique municipale qui forme la garde de Kopierre que commence le défilé...

C'est sous les accents endiablés de la clique municipale qui forme la garde de Kopierre que commence le défilé...

Le premier char apporte une note poétique et tout le monde acclame les jeunes et grâcieuses représentantes de l'Amicale laïque...

Le premier char apporte une note poétique et tout le monde acclame les jeunes et grâcieuses représentantes de l'Amicale laïque...

Sous le regard admiratif des enfants, tournoient les ombrelles et les jupes éclatantes de bien charmantes Viennoises d'un jour...

Sous le regard admiratif des enfants, tournoient les ombrelles et les jupes éclatantes de bien charmantes Viennoises d'un jour...

Encore de la musique ! Cette fois, elle nous vient de Bretagne. Etranges, nostalgiques binious...

Encore de la musique ! Cette fois, elle nous vient de Bretagne. Etranges, nostalgiques binious...

Et c'est toute la Bretagne qui défile... chaque village rivalisant de beauté et d'élégance avec son voisin...

Et c'est toute la Bretagne qui défile... chaque village rivalisant de beauté et d'élégance avec son voisin...

Et les binious se font soudain plus joyeux pour faire danser toutes ces fraîches dentelles...

Et les binious se font soudain plus joyeux pour faire danser toutes ces fraîches dentelles...

Rien en ce jour ne doit nous étonner... les hérauts sont graves : leur sonnerie de trompettes résonne dans le temps...

Rien en ce jour ne doit nous étonner... les hérauts sont graves : leur sonnerie de trompettes résonne dans le temps...

Les seigneurs et les grandes dames ont revêtu leurs plus beaux atours... Ils ont parcouru des siècles mais leur promenade ne durera qu'un jour...

Les seigneurs et les grandes dames ont revêtu leurs plus beaux atours... Ils ont parcouru des siècles mais leur promenade ne durera qu'un jour...

Changement de ton : voici les Gilles ! Ces joyeux drilles aux costumes chamarrés et aux bonnets de plumes frémissantes sont les plus attendus des enfants. Tous gardent précieusement les oranges données par ces impressionnants personnages...

Changement de ton : voici les Gilles ! Ces joyeux drilles aux costumes chamarrés et aux bonnets de plumes frémissantes sont les plus attendus des enfants. Tous gardent précieusement les oranges données par ces impressionnants personnages...

Si les Gilles furent les plus animés, ce sont sans doute ces impeccables Ecossais, venant droit de Courtrai, qui furent les plus beaux. S'ils se détournent, ce n'est que par modestie : ils viennent de remporter le 1er prix... Toutes nos félicitations !

Si les Gilles furent les plus animés, ce sont sans doute ces impeccables Ecossais, venant droit de Courtrai, qui furent les plus beaux. S'ils se détournent, ce n'est que par modestie : ils viennent de remporter le 1er prix... Toutes nos félicitations !

Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.
Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.

Mais il y a encore beaucoup à admirer, et cette série de petites photos prouve assez que la fête fut belle et que les Anichois attendront avec impatience juin 1961.

Texte : MG.

Photos et légendes : Raymond Walter.

 

Lire aussi :

- Kopierre dérive !

Vous trouverez d'autres articles consacrés à l'histoire et à l'actualité de la commune d'Aniche :

- La statuaire de l'église Saint-Martin d'Aniche ; Le verre à Aniche : entre reflets et éclats ; Aniche et les soeurs Lefebvre ; Céline Legrand, miss ordinaire ? ; Des Danois à Aniche ! ; Etre verrier à la Verrerie d'en Haut à Aniche ; Mayeurs et maires d'Aniche de 1600 à nos jours ; Dernières images de la Verrerie Saint-Martin d'Aniche ; Aniche au coeur des tourments de l'âme dans les cahiers-décharge de Pascal Françaix ; A propos du séjour de Napoléon Bonaparte à Aniche ; Les oeufs de Lewarde se trouvent à Aniche ; Des francs-maçons à Aniche ? ; Aniche, du Bureau de distribution à La Poste ; L'immeuble du 141 Boulevard Drion à Aniche - Histoire d'une propriété familliale ; La ville d'Aniche entre 1914 et 1918.

Commenter cet article