Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos du redémarrage du four de Saint-Gobain Glass à Aniche/Emerchicourt

Publié le par MG

Meeting  "Développement des emplois industriels", Complexe sportif, Emerchicourt, 30 septembre 2016.

Meeting "Développement des emplois industriels", Complexe sportif, Emerchicourt, 30 septembre 2016.

Le 30 septembre 2016, l'Union des Syndicats des Verriers d'Aniche, l'Union Départementale du Nord, l'Union Locale de Douai, les Cheminots, le Bâtiment local, les Mines-Energie du Douaisis, Renault Douai, SNWM avec la participation de la FILPAC se sont réunis à Emerchicourt dans le cadre d'un meeting sur le développement des emplois industriels. A cette occasion, les responsables syndicaux de la CGT ont exprimé, tour à tour, leur joie mais aussi leurs inquiétudes vis-à-vis du redémarrage du four de Saint-Gobain Glass Aniche après 1594 jours d'arrêt et de contraintes pour les salariés. Si une nouvelle ère s'ouvre pour la Verrerie que l'on appelle encore d'En Haut, les interrogations persistent quant aux acquis socio-professionnels et aux statuts des embauches à venir.

MG - 1er octobre 2016.

Jean-Louis Sabos, sécretaire général de l'Union des Syndicats CGT des Verriers d'Aniche et secrétaire géréral adjoint du syndicat CGT à la verrerie Saint-Gobain Sekurit à Aniche prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Jean-Louis Sabos, sécretaire général de l'Union des Syndicats CGT des Verriers d'Aniche et secrétaire géréral adjoint du syndicat CGT à la verrerie Saint-Gobain Sekurit à Aniche prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.Jean-Louis Sabos, sécretaire général de l'Union des Syndicats CGT des Verriers d'Aniche et secrétaire géréral adjoint du syndicat CGT à la verrerie Saint-Gobain Sekurit à Aniche prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Jean-Louis Sabos, sécretaire général de l'Union des Syndicats CGT des Verriers d'Aniche et secrétaire géréral adjoint du syndicat CGT à la verrerie Saint-Gobain Sekurit à Aniche prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Chers camarades,

Bonjour à toutes et tous.

C'est avec une immense joie que les salariés de Saint-Gobain Sekurit ont appris la bonne nouvelle que tout le monde attendait : le redémarrage du float glass de Saint-Gobain. Car il ne faut pas s'en cacher, le non redémarrage du float aurait eu une incidence à plus ou moins long terme sur notre site de Sekurit1. Notre usine compte à ce jour 120 salariés dont 85 dans le collège ouvriers. Notre site a subi toute une phase de développement et d'investissement qui arrivera à terme en 2017. Nous fabriquons maintenant deux types de toits ouvrants (le feuilleté et le trempé) avec trois lignes automatisées : la LKT1 produit les toits feuilletés et les très grands toits trempés, la LKT2 produit la majorité des toits trempés et quelques latéraux et la ligne STF assemble les toits feuilletés. Ceci représente environ 2,5 millions de toits par an. Le redémarrage est d'autant plus intéressant pour notre entreprise car on produira maintenant du verre spécifique pour l'industrie automobile.

Malheureusement, cette embellie de l'activité - nous sommes passés d'un régime de travail de 3x8 sur les lignes LKT1 et LKT2 à un régime de 5x8 (5 équipes) et à un de 3x8 + SD sur la ligne STF - ne convient pas pour autant à la CGT quand on s'intéresse à l'emploi et aux embauches. Même si nous avons obtenu ces trois dernières années 25 embauches sur un effectif de 85 ouvriers, les négociations prévues à la fin de l'année 2016 risquent d'être difficiles. Vous savez que la précarité de l'emploi ne fait que s'accroître avec les gouvernants qui élaborent des textes de loi pour satisfaire les moindres désrs du patronat. Leur dernière trouvaille : le CDI intérimaire. Cela dit, le redémarrage du float est une bonne nouvelle pour les salariés et leur famille ainsi que pour la ville d'Aniche et ses commerçants et artisans.

Restons vigilants car je suis sûr que le plus difficile arrive. Les combats ne manqueront pas. La CGT sera toujours là pour défendre les intérêts des travailleurs. Vive la CGT et merci de votre attention.

Discours prononcé par Jean-Louis Sabos, secrétaire général de l'Union des Syndicats CGT des Verriers d'Aniche et secrétaire général adjoint du syndicat CGT à la verrerie Saint-Gobain Sekurit à Aniche, le 30 septembre 2016 à Emerchicourt.

1. La verrerie Saint-Gobain Sekurit à Aniche : LIRE

Hervé Terrier, secrétaire général du syndicat CGT des Verriers d'AGC et secrétaire adjoint de l'Union des syndicats CGT des Verriers d'Aniche, prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.Hervé Terrier, secrétaire général du syndicat CGT des Verriers d'AGC et secrétaire adjoint de l'Union des syndicats CGT des Verriers d'Aniche, prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Hervé Terrier, secrétaire général du syndicat CGT des Verriers d'AGC et secrétaire adjoint de l'Union des syndicats CGT des Verriers d'Aniche, prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Hervé Terrier, secrétaire général du syndicat CGT des Verriers d'AGC et secrétaire adjoint de l'Union des syndicats CGT des Verriers d'Aniche, prononçant un discours lors du meeting à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Recevez mon fraternel salut Camarades,

Qu'il est bon de vivre cet instant ! De le partager avec les ST GO d'Emerchicourt et d'Aniche, les camarades d'AGC actifs et retraités, avec l'Union des Syndicats CGT des Verriers d'Aniche, avec les UL et autres instances et leurs représentants, bref avec chacun d'entre vous.

Qu'il sera bon de Vivre celui du redémarrage d'un autre four à l'arrêt actuellement dans notre département, non loin d'ici, à Boussois. Nous attendons impatiemment cette nouvelle pour les camarades d'AGC Boussois. Il est courant qu'une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, c'est donc avec le cœur chargé d'optimisme que je m'adresse à vous, même si je dois rester prudent car rien de cette initiative n'est signé pour l'instant ! Le métier de verrier, je ne l'ai pas choisi mais j'ai appris à l'aimer et je suis syndicalement animé d'une volonté de transmettre ce que je considère comme un héritage confié par nos anciens à la jeune génération pour qu'il fasse bon vivre et travailler en Nord ! Dans le Douaisis et notamment en Cœur d'Ostrevent !

La cheminée s'est remise à fumer, la capitale du Verre s'en trouve soulagée car sans ses industries verrières, que devient l'économie locale, les services publics, sans emploi, qui finance les retraites ? Nous sommes des acteurs économiques et chaque emploi sauvé, gagné par l'action, se doit d'être valorisé ! Toutefois, combien de nos victoires avons-nous fait connaître pour que chacun comprenne l'intérêt de se syndiquer ? Pour que le "tous ensemble" redevienne la norme au détriment de l'individualisme et des maux qui en découlent conduisant parfois jusqu'au fascisme !

Avons-nous valorisé les dix embauches obtenues dans le même temps que nous menions la bataille contre la Loi Anti travail chez AGC ?

Les verriers ont besoin d'énergie, de transport, et l'énergie, le transport ont besoin d'industries. Devons-nous laisser privatiser, démanteler le fret en général et celui de Somain en particulier ? Savez-vous que le site de Boussois a obtenu la remise en état d'une voie ferrée dans l'entreprise ? Savez-vous qui a financé ces travaux ? La SNCF ? Non, Colas a passé un contrat lui garantissant un transport exclusif de matières pour AGC. Pourquoi pas la SNCF ?

Le Nord, cette terre d'industries, cette terre d'ouvriers, première région industrielle automobile comme le soulignait le maire de Somain lors du colloque des 30 juin et 1er juillet 2015, doit-elle devenir un désert industriel ? La notion de service doit-elle disparaitre au profit du tout libéral, du capital et du profit ? Non évidement. Faisons en sorte que le "tous ensemble" soit possible, créons les conditions d'unité et de résistance, donnons nous les moyens de faire connaître nos propositions en terme de politique industrielle. Exigeons plus de contrôle sur la distribution des fonds publics et de leur affectation. Gagnons les esprits un par un. Défendons les libertés syndicales. Faisons de notre CGT une force de proposition et de lutte et mettons en œuvre les convergences possibles utiles à de nouvelles conquêtes ! RESISTONS !

Vive la CGT et merci de votre attention.

Discours prononcé par Hervé Terrier, secrétaire général du syndicat CGT des Verriers d'AGC et secrétaire adjoint de l'Union des syndicats CGT des Verriers d'Aniche, à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Bonjour à toutes et tous, salariés, syndiqués, militants, responsables syndicaux locaux, départementaux, regionaux, fédéraux et confédéraux. Bonjour également aux politiques qui s’intéressent aux péripéties de notre verrerie et plus largement au tissu industriel douaisien, valenciennois et même nordiste…

C’est un réel plaisir que notre site verrier soit le prétexte et le lieu de ce meeting sur l’industrialisation.

Sans refaire l’historique, notre four verrier a été arrêté pour reparation en avril 2012… L’arrêt n’aurait dû être que de quelques mois mais cette période s’est prolongée durant plus de quatre ans. Période de doutes, d’inquiétude extrême, de découragement parfois pour certains, d’espoir toujours porté par les élus de la CGT.

C’est lors du CCE du 9 mars 2016 qu’est tombée la bonne nouvelle pour tous les salariés de Saint-Gobain Glass Emerchicourt.

« LA LIGNE FLOAT REDEMARRE EN SEPTEMBRE ».

Que de soulagement pour toutes et tous, surtout après un arrêt prolongé de 1594 jours durant lesquels les doutes et les craintes de fermeture planaient dans les ateliers, parfois relayés par des personnes soi-disant bien informées !

Quelle bouffée d’oxygène pour le personnel ! Ce personnel qui a dû s’adapter pendant cette longue période, certains quittant le site pour aller sur d’autres usines, laissant femme et enfants loin d’eux. Autres métiers, autres postes de travail, autres conditions de travail, même pour ceux qui sont restés sur Aniche, employés eux aussi à des travaux sur le chantier du four ou mutés temporairement dans des ateliers annexes…

Les difficultés ont été sensibles pour l’équipe CGT mais les militants n’ont jamais baissé les bras et ont démontré à travers les multiples interventions leur attachement à leur outil de travail.

Interventions lors des réunions de DP, CE, CCE, CHSCT.

Interventions par voie de presse mais aussi en alertant les politiques.

Une région comme la nôtre ne ressemblerait à rien sans industrie verrière. Aniche en fut la capitale…

Aujourd’hui nous voyons que notre lutte a porté ses fruits. Bien sûr, c’est le besoin de verre qui a amené ce redémarrage mais c’est cet argument que nous assenions jour après jour à nos Directions, nous voulions être prêts à produire !

C’est ainsi que le 23 août a eu lieu la cérémonie de l’Allumette, moment où le four est rallumé… Suivi du Start up, le 13 septembre dernier, moment où le verre commence à couler sur le bain d’étain, début de la coulée.

Actuellement avec ce nouvel outil , nous produisons du verre bâtiment comme auparavant, avec des rendements d’environ de 60 % qui pourront atteindre les 90 % pour la fin d’année. La production passera alors en mixte bâtiment/automobile, objectif premier de la Direction pour notre site.

Cette bonne nouvelle ne nous a pas plongé dans le monde des Bisounours, la lutte n’est pas terminée. Nous continuerons à défendre les acquis sociaux et l’emploi. Nous veillerons tout particulièrement aux embauches ainsi qu’à la sauvegarde des postes pour nos travailleurs ayant des restrictions médicales.

Nous sommes reconnaissants aux camarades qui nous ont aidés pendant cette période difficile et sans l’espérer bien sûr, nous nous efforcerons de renvoyer l’ascenseur et aider ceux qui seraient en difficulté.

Notre travail sur le site est encore très important mais sur qui pourraient compter les salariés si ce n’est sur les élus de la CGT ?

Merci pour votre attention. Vive la CGT …

Discours prononcé par Christophe Sergent, délégué syndical CGT, Secrétaire syndical CGT de Saint-Gobain Glass France, usine d'Emerchicourt, à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.
Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Meeting "Développement des emplois industriels" au Complexe sportif à Emerchicourt le 30 septembre 2016.

Commenter cet article