Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pouce !

Publié le par MG

Pouce !

Silencieux le pouce que l'on dresse d'un seul clic comme une claque sur Fessebook ? Pas si sûr... car si le geste traduit à distance une basse pensée du style « pas mal », « c'est marrant », « je kiffe » , il résonne cependant comme le clapotis d'une « pisse-and-like ». Et, évidemment, ça éclabousse sous le post. Et ça mousse quand il y en a plein !

Le « like » laisse donc entendre quelque chose... à la manière d'un « je-t'aime-moi-non-plus ». Un rien entre les reins ! Je vous sens frissonner, non ? C'est normal, le pouce levé sur FB semble être la transposition contemporaine de la célèbre litote de Corneille – pas l'oiseau, ni le chanteur mais le dramaturge du XVIIe siècle ! - que l'on peut lire dans Le Cid, « Va, je ne te hais point ». Un poing dressé n'aurait évidemment pas eu le même effet sur le réseau social de Zuckerberg. En '68, peut-être. En 69, c'est plus délicat.

L'on peut encore remonter le temps pour chercher d'autres empreintes. En poussant un peu, on lirait dans ce pouce facebookien la résurgence de l'expression pollice verso qui désignait dans la "romantique" Rome antique un geste pratiqué par les spectateurs souhaitant mettre un doigt aux combats de gladiateurs se "cassant l'cul" sous leurs yeux. Quoi qu'il en soit, l'histoire nous apprend que l'on aime aussi doigter au Moyen Age quand on scelle une affaire commerciale ou encore sur les porte-avions américains durant la Seconde Guerre mondiale pour avertir l'équipage du pont que les pilotes sont prêts à s'envoyer en l'air.

En définitive, « liker » sur FB n'est pas « smiler » ou pratiquer un « hug » à son doudou nauséeux en ce sens que ce clic discret couvre une certaine intention d'afficher publiquement sur la sphère virtuelle, mais néanmoins publique, une attention incertaine. Un « fuck off » teinté de tendresse édulcorée, une énergique paresse à manifester tout et rien à la fois face à une image, un message, une information que demain l'on aura déjà oubliée en « likant » de nouveau sans le moindre engagement pour le plaisir de (se) faire plaisir.

MG, 6 septembre 2016.

Jean-Léon Gérôme, "Pollice verso", 1872, huile sur toile, 100.3 x 148 cm, Phoenix Art Museum, Etats-Unis.

Jean-Léon Gérôme, "Pollice verso", 1872, huile sur toile, 100.3 x 148 cm, Phoenix Art Museum, Etats-Unis.

Commenter cet article