Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le féminisme : une discrimination positive ?

Publié le par MG

Nous gardons encore en mémoire cette anecdote relative au tournage d'un spot publicitaire du début des années 1980. Lors d'une campagne pour la farine Francine, où un papa faisait un gâteau avec sa fille, le réalisateur racontait : "on est venu nous demander où était la femme. Nous avons répliqué : là où la société la place aujourd'hui..." Pour vendre un produit culinaire, il vaut mieux montrer un homme, on évite alors bien des protestations féministes... Cela annonçait déjà le triste constat que dresse la philosophe Elisabeth Badinter dans son dernier ouvrage, Fausse Route (éd. Odile Jacob, 2003) : la femme est une victime et tout constitue une atteinte à sa dignité...

Il semblerait aujourd'hui que le féminisme s'apparente à une discrimination positive et que le féminisme européen tende désormais vers une dérive communautariste à l'américaine. Nous savons que c'est le droit qui détermine la société alors que, paradoxalement, la société ne s'intéresse qu'à l'inégalité de fait. En inscrivant dans la Constitution certaines "faiblesses" - qui, néanmoins sont des "faiblesses" inhérentes à un comportement particulier ou à un groupe d'individus ou encore au genre humain - nous ne faisons que pointer du doigt cette "faiblesse" et accentuer une différence. Déroger aux règles de droit commun en instituant des règles particulières liées à un "handicap social" particulier (le fait d'être homosexuel, d'être noir, d'être une femme...etc.), c'est établir une discrimination positive. Par ailleurs, si nous accordons une proportion de sièges politiques aux femmes (ineptie des paritaires que de faire des "femmes-quotas" !), les revendications surgiront des autres communautés : celles des "beurs", des noirs, des homosexuels, des ouvriers, des jeunes... Il n'empêche que nous pouvons aujourd'hui craindre - qu'on soit paritaire ou non, égalitaire ou différentialiste - une infériorisation certaine des femmes car toute demande d'égalité parfaite inscrite dans la Constitution ne peut que produire de l'inégalité !


Texte et dessin : M.G. 28 juin 2003.


Commenter cet article