Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dessin dans l'art contemporain

Publié le par MG

En raison de son économie de moyen, on considère souvent à tort le dessin comme une étude préparatoire de petit format en vue d'une oeuvre plus aboutie. Il est vrai que, jusqu'au milieu du XIXe siècle, le dessin précédait le travail du peintre, du sculpteur ou de l'architecte. Si le dessin moderne, tel celui de Picasso, conserve ses fonctions expérimentales, il apparaît désormais comme une finalité en soi. Combinant l'exercice d'observation et la recherche formelle capable de synthétiser à la fois le monde environnant et l'univers poétique de l'artiste, il acquiert au début du XXe siècle une valeur autonome. Cependant, jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, peu d'artistes le pratiquent ou du moins ne l'affichent.

En présentant, en 1959, à la galerie Iris Clert à Paris ses Méta-Matics - des sculptures en mouvement qui dessinent -, Jean Tinguely (1925-1991) bouscule la conception traditionnelle du dessin d'art et l'attention que l'amateur lui prête. En effet, le visiteur est ici convié non à contempler le travail d'un artiste exposant mais, comme le tract édité à cette occasion le précise, à créer lui-même "avec fougue, fureur, douceur ou élégance sa peinture en collaboration avec les Méta-Matics". Ainsi, le dessin n'est plus le fruit d'une exécution manuelle et réfléchie de l'artiste et son statut se confond à présent avec celui de la peinture. A la difficulté de définir le dessin comme une oeuvre indépendante, s'ajoute l'impossibilité de le différencier des autres arts que sont la peinture et la sculpture.

En 1977, lors de son transfert au Centre Pompidou, le Musée National d'Art Moderne se dote d'une structure spécifiquement destinée à la conservation des oeuvres sur papier : le Cabinet d'art graphique. La nouveauté de cette désignation qui substitue au "des dessins" un "d'art graphique" permet d'englober à la notion traditionnelle de dessin toutes les expériences et les techniques réalisées sur papier telles que la gravure ou la photographie. Mais cette nouvelle désignation englobe-t-elle pour autant tous les aspects du dessin ? Pour y répondre, faut-il encore savoir ce que l'on entend par dessin contemporain et connaître sa place dans l'art actuel ?

Selon Françoise Viatte, ancienne conservatrice au Cabinet d'Arts Graphiques du Louvre, "c'est le papier qui fait le dessin, non la technique employée" (Le Point n°1332, 28 mars 1998). La technique usitée n'est, certes, pas un critère qui entre dans définition du dessin. Certaines peintures, par exemple, présente un aspect graphique. Jean Dubuffet (1901-1985), en montrant un intérêt pour les dessins d'enfants, retient la crudité de la couleur et la matérialité de la peinture pour offrir dans la série des Psycho-sites ou dans celle des Mires des oeuvres d'un graphisme violent. De plus, si la frontière entre peinture et dessin tend à disparaître chez Dubuffet, ces travaux, bien que marouflés sur toile, ont été réalisés sur papier.

La nature du support ne peut non plus définir le dessin, sinon comment envisager autrement les peintures au brou de noix sur papier marouflé de Pierre Soulages (né en 1919) ? Car, lorsque Soulages travaille sur des feuilles de papier, introduisant ainsi dans ses contrastes habituels du noir sur blanc des ocres, il donne pour titre Peintures sur papier niant ainsi toute référence possible au dessin. Il arrive aussi que le dessin se fasse installation, perdant alors son support de papier. Stéphane Lallemand (né en 1958) dessine, par exemple, sur des télécrans qu'il expose en série. Ici, la ligne délimitant la forme et la fragilité de l'oeuvre (le moindre mouvement des objets efface les tracés) relèvent des caractéristiques inhérentes au dessin.

Le dessin peut enfin retrouver le monumental et le mural avec Felice Varini (né en 1952) qui situe son travail en fonction du lieu de présentation. Sur les murs de la Vieille Charité à Marseille, son 360° rouge n°2 maintient l'ambiguité entre le dessin (la ligne), la peinture (le rouge), l'architecture (le lieu), la sculpture (le dessin dans l'espace), la photographie (le constat et la mémoire du travail). Le spectateur est alors requis comme acteur pour donner sens à l'oeuvre puisque, placé au centre du dispositif, il perçoit une bande rouge continue ; hors de ce point de vue, il fait éclater la cohérence de sa vision de l'oeuvre en une multitude d'images.

L'histoire de l'art révèle que le dessin tient aussi bien du geste que de la pensée. Qu'il se caractérise par des taches d'encre sur papier comme chez Henri Michaux (1899-1984) ou par une ligne tracée dans l'espace comme chez Velice Varini, le dessin contemporain établit de nouveaux rapports entre le mouvement, l'espace et le temps. Evoquer le dessin serait finalement convoquer l'écriture, tant il est vrai que ces deux vocables sont liés à une étymologie grecque commune - graphein - qui signifie "écrire" et d'où sont issus "graphisme", "graphie", "graphique", et que l'un et l'autre ont cheminé de pair dans le tracé de la ligne et dans l'inscription de signes.

MG 1999-2009



Felice Varini, 360° rouge n°2, 1989.




Commenter cet article

Michaël GRABARCZYK 28/03/2009 14:25

Bonjour Soluto,Je reviens de votre site plein de barbouilles et de croquis... Ce sont les scènes de la vie moderne qui ont attiré mon attention, non pour leurs techniques (toutes vos pages montrent une maîtrise technique) mais par le sujet lui-même, c'est-à-dire des scènes de vie complètement ordinaire.J'aurais peut-être un jour besoin d'un de vos dessins pour illustrer mes textes. J'ai remarqué qu'on pouvait les copier ; c'est pourquoi, je vous demande par avance une autorisation.Merci pour votre compte rendu du salon d'art contemporain. J'en prends bonne note.A bientôt.MG

Soluto 27/03/2009 23:22

Bonjour,J'en reviens du salon du dessin contemporain... Heureusement le "dessin contemporain" n'est pas tout le dessin... (parce que j'ai vu nombre d'oeuvres suffisantes accrochées avec morgue, et je ne vous dis rien des argumentaires des galeristes, ça vaut le coup de tendre l'oreille... —Bon, j'y ai vu aussi de très belles choses...) N'oublions pas les illustrateurs, les dessinateurs de bd, les architectes... Le papier et le trait, dans ce salon, ont toujours la part belle et lorsque on tente de faire jouer le médium, l'on reste toujours en lien avec lui... On mime le trait par un néon, on remplace le papier par le linoléum, les supports synthétiques mais on lorgne toujours du côté des supports traditionnels... Le dessin a à voir, vous avez raison, avec l'écriture, et aussi avec la fulgurance de la pensée... Ce qui me fait dire que les crayons, pourtant magnifiques de Hucleux, par exemple, ou les aquarelles de Salomone, tiennent plus de la peinture que du dessin, même s'ils en utilisent les attributs... Enfin je dis ça, moi... Bravo pour ce blog que je découvre en suivant les liens de Nadège...

Marie 25/03/2009 22:58

Bonsoir Michaël!Vous êtes passé quelques minutes avant que je ne poste un nouvel article! J'ai hésité, car je suis très fatiguée ce soir, je crois que je ne vais pas tarder à rejoindre Morphée!Pour répondre à votre question, j'étudie et je vis en kot à Liège, la Cité Ardente! =)Je vous souhaite une excellente fin de soirée! A bientôt!

Michaël GRABARCZYK 25/03/2009 20:23

Bonsoir Nadège,Je n'éprouve aucune nostalgie... disons que, un peu comme toi, je publie de manière mono-maniaque. N'as-tu pas vécu une période "feutres poska" ? Je traverse en ce moment une période "art".Plus sérieusement, je publie en fonction de ce que je vis... en ce moment, j'entends tellement d'absurdités sur l'art que j'éprouve le besoin d'écrire... Je reviens rapidement sur ce que tu as écrit. Les artistes du siècle passé, c'est-à-dire de ceux du XXe siècle, ont exploré un domaine qui, avant eux, demeurait dépendant de la peinture, de la sculpture et de l'architecture. Ils se sont offert une liberté qui, je pense, est plus grande encore aujourd'hui... Quant à l'engouement pour le dessin - et la photographie -, il est effectivement récent. Cela dit, si le grand public regarde des expos de photos, il ne se mouillera pas pour autant en se portant acquéreur d'une oeuvre. Tout le monde possède chez soi un appareil photo et un crayon, alors pourquoi défendre une technique dont on a les outils à la maison.En ce qui concerne l'enseignement de l'art, tant d'un point de vue théorique que pratique... il reste relativement médiocre en France.A plus tard.MG

Nadège 25/03/2009 09:30

Dis donc, tu es très branché "Art" en ce moment... une petite nostalgie peut-être. Et le sujet m'intéresse un peu, pour une fois .C'est vrai que les artistes du siècle passé ont explosé les frontières entre les techniques, mélangeant les genres et s'offrant la liberté de créer comme ils l'entendaient. Ils ont aussi aidé à une démocratisation de la pratique artistique. (l'enseignement des arts plastiques en maternelle est riche par ex. , dommage qu'il s'arrête ensuite...). J'ai entendu une prof de primaire me dire qu'elle n'y connaissait rien en art et que donc elle ne se sentait pas capable de l'enseigner. Triste et incompréhensible, puisque c'est l'inverse qui devrait se produire.Le dessin revient en force aujourd'hui sur les blogs, ce medium serait-il "un nouvel espace" au même titre qu'une galerie ou un musée, et l'artiste peut'il clôturer son travail (l'aboutir) à travers lui ?Le même phénomène se produit pour les auteurs de livres, et des outils s'inventent tout les jours pour améliorer les systèmes de lecture sur le net.Voilà les questions que je me pose en ce moment.Bonne journée M.

Michaël GRABARCZYK 25/03/2009 08:09

Bonjour,La journée commence : vous allez donner votre cours.Je découvre aujourd'hui que Nicolas Stakhovitch, auteur deLes aphorismes de Gralph, publié par Nadeau vers 1990 n'a écrit que ce livre puisqu'il est mort peu après. Il était trentenaire.MG

Marie 24/03/2009 22:57

Vous soulevez des points intéressants. Je comprends mieux dès lors la complexité de définir le 'dessin'. Vos articles sont très enrichissants!Vos commentaires aussi d'ailleurs, j'ai découvert l'aphorisme de Gralph grâve à vous! Et en effet, hier, j'ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil! J'espère qu'il en sera autrement cette nuit car je donne cours tôt demain matin!Je vous souhaite une bonne fin de soirée et... une bonne nuit! =)