Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La rencontre amoureuse (Flaubert/Marivaux)

Publié le par MG

Documents élèves

Séance n°1
...............................................


Nous sommes en 1840. Bachelier depuis peu, Frédéric Moreau va de Paris à Nogent-sur-Seine en bateau à vapeur. C'est dans ce cadre que surgit une femme...
Ce fut comme une apparition : elle était assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l'éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. En même temps qu'il passait, elle leva la tête ; il fléchit involontairement les épaules ; et, quand il se fut mis plus loin, du même côté, il la regarda.
Elle avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent derrière elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l'ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois, se répandait à plis nombreux. Elle était en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se découpait sur le fond de l'air bleu.
Comme elle gardait la même attitude, il fit plusieurs tours de droite et de gauche pour dissimuler sa manoeuvre ; puis il se planta tout près de son ombrelle, posée contre le banc, et il affectait d'observer une chaloupe sur la rivière.
Jamais il n'avait vu cette splendeur de sa peau brune, la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait. Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire. Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé ? Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu'elle avait portées, les gens qu'elle fréquentait ; et le désir de la possession physique même disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosité douloureuse qui n'avait pas de limites.

Gustave Flaubert, L'Education sentimentale, 1869.

1. Le cadre :
A quelle époque se situe la scène ?

Où se déroule la scène ? Quel élément du texte permet de confirmer votre réponse ?


2. L'identité des personnages :
Comment se nomme le personnage principal ?

Quel indice dans le paratexte vous permet de déduire son âge ?

Que fait-il ?

Comment est désigné le second personnage dans le texte ? Que fait-il ?


3. Une rencontre intériorisée :
Pourquoi Frédéric est-il d'abord ébloui ? Répondez en entourant, dans le premier paragraphe, le mot auquel est comparée la présence de la femme.

Puis le regard de Frédéric se pose sur cette femme. Montrez que le vocabulaire de la description est celui d'un amour naissant.

Que fait-il pour mieux l'observer sans être vu d'elle ?

Imaginez ce qu'il peut ressentir. Que pensez-vous de sa volonté de tout connaître de cette inconnue ?

Comment comprenez-vous "une curiosité douloureuse" ?


La vie de Marianne raconte les mésaventures, à Paris, d'une jeune fille pauvre, qui cherche à s'élever dans la société par sa vertu et sa beauté. Dans le passage qui suit, Marianne est à l'église. Elle observe l'assistance et l'effet qu'elle y produit. C'est alors qu'elle remarque un jeune homme intéressant...
Parmi les jeunes gens dont j'attirais les regards, il y en eut un que je distinguai moi-même, et sur qui mes yeux tombaient plus volontiers que sur les autres.
J'aimais à le voir, sans me douter du plaisir que j'y trouvais ; j'étais coquette pour les autres, et je ne l'étais pas pour lui ; j'oubliais à lui plaire, et ne songeais qu'à le regarder.
Apparemment que l'amour, la première fois qu'on en prend, commence avec cette bonne foi-là, et peut-être que la douceur d'aimer interrompt le soin d'être aimable.
Ce jeune homme, à son tour, m'examinait d'une façon toute différente de celle des autres : il y avait quelque chose de plus sérieux qui se passait entre lui et moi. Les autres applaudissaient ouvertement à mes charmes, il me semblait que celui-ci les sentait ; du moins je le soupçonnais quelquefois, mais si confusément, que je n'aurais pu dire ce que je pensais de lui, non plus que ce que je pensais de moi. Tout ce que je sais, c'est que ses regards m'embarrassaient, que j'hésitais de les lui rendre, et que je les lui rendais toujours ; que je ne voulais pas qu'il me vît y répondre, et que je n'étais pas fâchée qu'il l'eût vu. Enfin on sortit de l'église, et je me souviens que j'en sortis lentement, que je retardais mes pas ; que je regrettais la place que je quittais ; et que je m'en allais avec un cœur à qui il manquait quelque chose, et qui ne savait pas ce que c'était. Je dis qu'il ne le savait pas ; c'est peut-être trop dire, car, en m'en allant, je retournais souvent la tête pour revoir encore le jeune homme que je laissais derrière moi ; mais je ne croyais pas me retourner pour lui.

Marivaux, La vie de Marianne (1731-1741).

En vous appuyant sur ces deux textes, dites ce qu'est une rencontre amoureuse. Proposez ensuite un titre à la séance.



Fiche professeur

Dominante : lecture

Objectifs :
Faire émerger une lecture personnelle d'un texte littéraire.
Comprendre comment s'écrit une scène de recontre amoureuse.
Confronter deux textes littéraires en vue de mettre en évidence les modalités de la rencontre amoureuse.

Problématique :
Qu'est-ce qu'une rencontre amoureuse ? Comment se manifeste un coup de foudre amoureux ?

Déroulement de la séance : (une heure)
Cette séance est déstinée à une classe de Seconde professionnelle et ouvre la séquence thématique sur la rencontre amoureuse. Il convient donc, dans un premier temps, d'annoncer aux élèves l'objectif général de la séquence (raconter dans une courte production écrite une scène de rencontre amoureuse à partir d'images extraites d'un roman-photos) et de partir des représentations des élèves sur le sujet en leur demandant s'ils ont déjà vécu cette situation. Compte tenu de leur âge (ce sont des adolescents), la réponse s'impose d'elle-même. Il n'éprouveront donc aucune difficulté à tirer profit de leur expérience pour définir ce que l'on entend par "rencontre amoureuse". Mais, en dépit du lieu et de l'époque, toutes les rencontres amoureuses se ressemblent-elles ?

Les élèves sont ainsi invités à lire individuellement et silencieusement un extrait de l'Education sentimentale de Flaubert et à répondre en quelques minutes à l'écrit au questionnaire portant sur la compréhension de ce texte. Le questionnement devrait permettre aux élèves d'interpréter librement l'extrait retenu.

Le professeur et les élèves procèdent ensuite à une mise en commun des éléments de réponses. Afin d'étoffer leurs formulations, de vérifier la bonne compréhension du texte et de mettre en évidence les subtilités d'écriture de l'auteur, le professeur peut proposer des questions de relance en fonction des difficultés rencontrées par les élèves (Qui raconte la scène ? Qui voit la scène ? Relevez les verbes de perception qui montrent que la scène est vue au travers du regard de Frédéric ; Montrez que Frédéric trouve la femme exceptionnelle... Pourquoi dire de cette rencontre qu'elle est inériorisée ?). Il peut projeter au tableau la Femme au jardin de Claude Monet pour montrer que la description par touches de couleur chez Flaubert est impressionniste. On notera  également que la toilette et l'attitude de la jeune femme dans le texte font référence à ce tableau datant de 1867. Une synthèse orale peut enfin être demandée et/ou proposée aux élèves.

Un second texte est donné aux élèves : La vie de Marianne de Marivaux. Les élèves lisent d'abord seuls l'extrait. Il convient à présent de questionner à l'oral les lecteurs en vue de dégager le sens général du texte et d'établir une confrontation avec l'extrait de L'Education sentimentale. Les rapprochements repérés doivent amener les élèves à bâtir la trace écrite finale et à formuler un titre pour la séance. Le questionnement oral est le suivant : Où se déroule la scène ? Qui est le personnage principal ? Que pouvez-vous dire de Marianne, de son physique et de son attitude ? Que cherche-t-elle à faire ? Par qui se sent-elle attirée ? Pensez-vous qu'elle soit la seule à être sous le charme ? Montrez-le. Qui donc subit le coup de foudre ? A quelle expression de la fin du texte de Flaubert vous fait penser "un coeur à qui il manquait quelque chose" ? Relevez d'autres points communs mais aussi des différences dans l'écriture et dans la nature de ces deux rencontres amoureuses.
Suggestions de réponses :
- les points communs entre les deux textes : la dimension religieuse du personnage féminin chez Flaubert et du lieu chez Marivaux ; la relation simplement visuelle des rencontres ; l'absence de dialogue ; la volonté de tout connaître de l'autre et l'insatisfaction qui en découle.
- les différences entre les deux textes : la description se fait au travers du regard du jeune homme chez Flaubert / de la jeune femme chez Marivaux ; l'admiration est unilatérale chez Flaubert / l'admiration est réciproque chez Marivaux.

La trace écrite finale se veut la formulation des élèves face à la problématique de la séance. Elle pourra se présenter sous la forme suivante : La rencontre amoureuse est souvent le fruit du hasard : c'est un "coup de foudre" entre deux êtres. Mais il arrive que les sentiments éprouvés par l'un ne soient pas immédiatement ressentis par l'autre.

Les titres susceptibles d'être proposés par les élèves et pouvant être retenus pour cette séance sont : Comme une apparition... ; La rencontre amoureuse est le fruit du hasard ; Coup de foudre !

MG 29 mars 2009

 

Lire aussi :

- Un rendez-vous surréaliste.

 

 

 


Commenter cet article

Gabriellah 23/08/2013 06:30


bonjour,


merci pour votre article, c'est vraiment super!!une rencontre amoureuse peut se faire n'importe où et meme sur internet car il existe des rencontres sur internet!!bon courage pour la suite!!

MG 29/12/2010 23:12



Mathilde,


Si vous ne parvenez pas à copier, c'est tout simplement parce que je protège mon travail. Ce serait trop facile, si vous n'aviez qu'à vous contenter de saisir le travail d'autrui. Toutefois, je
peux vous aider à aboutir dans vos recherches. Dites-moi ce que vous souhaitez exactement. Quelle est la consigne de votre devoir ?


Avez-vous vu au bas de cette séance sur la confrontation Flaubert/Marivaux, le  lien vers une autre proposition de cours sur la rencontre amoureuse surréaliste ?


A bientôt.


 



Mathilde 29/12/2010 22:50



Bonjour,


Je suis une élèves et de seconde professionnel à la rentrée j'ai un DS de français, je doit rédiger un commentaire sur une scène de coup de foudre j'ai beaucoup de
mal à trouver des informations or sur ce site j'en est trouver pas mal mais ce que je trouve dommage c'est que je ne peux pas les copier pour les mettre en page ... pouvez vous m'aider
?



Michaël GRABARCZYK 03/04/2009 18:43

Bonsoir Laurence,Flaubert est certainement l'un des auteurs que je préfère... Je ne manque donc pas dans ce cours de faire partager un peu cet intérêt. Il est celui qui amène au Nouveau roman, ne serait-ce que dans sa volonté de détruire ses personnages. Ici, par exemple, Flaubert se moque des sentiments éprouvés par Frédéric... Le coup de foudre qu'il reçoit le conduit à tout savoir de sa bien-aimée jusqu'au moilier de sa chambre. Cette volonté est d'autant plus ridicule qu'elle le fait souffrir.MG

L'irlandaise 03/04/2009 18:34

Vaste sujet que tu abordes là..., flaubert est un maitre...quand je donnais des cours particuliers, j'adorais expliquer ses techniques stylistiques, elles sont tellement brillantes !...et puis alors le choix de la musique est tt  à fait adapté, j'adore debussy et je ne me souvenais pas de ce morceau...

Nadège 29/03/2009 20:48

Réponse simple mais efficace.Tiens je viens de recevoir la chanson du dimanche, ai commandé "plante un arbre" qui devrait arriver demain, bonne écoute également, puisque je crois que tu vas l'entendre aussi.

Michaël GRABARCZYK 29/03/2009 19:44

Je suis devenu enseignant en bossant tout simplement...

Nadège 29/03/2009 18:42

J'ai un problème d'encodage de caractères sur ABU, flûte !Chaques lettres avec accents se transforment en point d'interrogation, super!

Nadège 29/03/2009 18:37

Je ne comprends pas, comment as-tu obtenu le statut d'enseignant ?

Michaël GRABARCZYK 29/03/2009 18:31

J'oubliais de préciser : je n'ai suivi aucune formation universitaire en lettres, ni en histoire et encore moins en géo. Néanmoins, j'enseigne, outre les arts visuels, les lettres et l'histoire-géo ! Ma devise est : "qui veut, peut !"MG

Michaël GRABARCZYK 29/03/2009 18:28

Nadège,Dans la colonne de droite de la page d'accueil : "résidus culturels" ! Clique sur ABU bibliothèque universelle et tu auras ce que tu cherches (par auteur et par oeuvre). Je me demande à quoi sert mon blog ?MG

Nadège 29/03/2009 18:24

Je trouve très intéressant de nous livrer ainsi tes cours, c'est la première fois non... de façon aussi fouillée? Comme mon cursus n'était pas littéraire j'ai lu cet article avec intérêt. Les élèves accrochent facilement à faire ce genre d'execice ?J'ai lu un peu de Flaubert cet après-midi, j'ai 700 ouvrages passés dans le domaine public que je peux lire sur un livre électronique, mais je n'ai pas l'Education sentimentale. Je me rabattrai donc peut-être sur la bibliothèque municipale. (je ne connais pas bien Flaubert).A+Je m'en vais relire ton article

Michaël GRABARCZYK 29/03/2009 18:02

Bravo Arlette,Cela dit, les premières questions n'amènent le lecteur qu'à prélever des informations dans le texte... les dernières questions le conduisent à faire du sens.Bon dimancheMG

Arlette Philbois 29/03/2009 17:55

Pas beaucoup de temps, mais je vais prendre la peine de répondre au première question.Au dix huitième sièclesA Nogent sur seineAu bord de la seineFréderick MoreauJeune bachelier

Marie 29/03/2009 17:46

Bonjour Michaël,En effet, je suis un peu débordée ces derniers temps, et ça ne risque pas de s'améliorer cette semaine! =)J'ai lu cet article avec beaucoup d'attention. Ce cours est vraiment très intéressant et je ne doute pas qu'il éveille également beaucoup l'intérêt des élèves! Je suppose que vous avez pu le mettre 'en pratique'? Bonne fin de week-end, à bientôt!