Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Charles Roussel / Eugène Dodeigne : le corps dans tous ses états

Publié le par MG

L'étude des formes extérieures du corps humain au repos ou en mouvement rapproche le dessin de Charles Roussel (1861-1936) de celui d'Eugène Dodeigne (né en 1923). Ces fusains sur papier, régulièrement présentés ensemble au musée des Beaux-Arts de Tourcoing, témoignent d'une intention commune d'interpréter devant modèle les apparences du monde réel.

Le dessin de Roussel, réalisé entre 1882 et 1886 lors de son passage à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, montre un jeune homme nu, de dos, solidement campé sur ses deux jambes, les bras croisés et ramenés sur l'abdomen. La définition claire des volumes dans l'espace servie par la fermeté d'un modelé vigoureux révèle une volonté d'exactitude anatomique. Ce souci de réalisme était effectivement conduit, dans les ateliers du XIXe siècle, en relation avec l'analyse méthodique de la charpente osseuse (l'ostéologie) et des muscles (la myologie). Afin de parfaire l'harmonie du corps, le jeune artiste adopte, selon la règle de l'enseignement du dessin académique, un système de mesure proportionnellle calqué sur celui des modèles antiques. En retenant le canon de Lysippe, qui exigeait que la tête fût comprise huit fois dans la hauteur du corps, Roussel met ici en valeur la forme conventionnelle du corps humain.

En revanche, le dessin de Dodeigne, premier état d'un ensemble de cinq figures acquis par le musée de Tourcoing en 1992, résulte davantage d'une volonté de saisir les contrastes de lumière et l'essence du mouvement. Si le trait nerveux par amples stries de fusain compressé ne nous permet pas d'identifier le sexe du personnage, il correspond néanmoins à une nécessité de traduire le plus exactement possible toute la tension d'un corps meurtri. A travers les contorsions de cette filandreuse masse monumentale, sur laquelle les jeux du clair et de l'obscur amplifient la décomposition de chaque geste, l'artiste parvient à ramener en surface la noirceur des affects de l'âme humaine. La sécheresse quasi-minérale qui découle de ce déchirement et l'apparent inachèvement dans le traitement de cette ombrageuse figure relèvent d'une conception sculpturale de la forme.

Au-delà du simple témoignage des préoccupations plastiques de leurs temps, ces deux études que l'on appréciera ensemble au musée des Beaux-arts de Tourcoing conjuguent sur des modes contrastés observation directe et analyse personnelle des formes du corps humain.

MG. in La Voix du Nord, Tourcoing, 8 août 1998.

Charles Roussel, Adolescent de dos, 1882-1886, fusain sur papier, 61 x 47 cm., coll. musée des Beaux-Arts, Tourcoing.

Eugène Dodeigne, Sans titre, 1992, fusain sur papier, 120 x 80 cm., coll. musée des Beaux-Arts, Tourcoing.

 


 

 

                              Atelier Eugène Dodeigne. Bondues, 19 octobre 2000.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

MG 26/04/2009 17:54

Bonjour Nadège,J'ai retenu cette photo pour montrer que l'étude est proche de la réalisation.Les sculptures que tu vois sur cette photos mesurent un peu plus de deux mètres.MG

Nadège 26/04/2009 17:50

Quelle hauteur les sculptures ?Elles sont vraiment impressionnantes, il y a un lien fort avec le fusain.

MG 26/04/2009 10:11

Nadège, Marie, Bertrand (le cercle s'agrandit),Merci pour vos remarques...Je croise régulièrement Eugène Dodeigne au travers des vernissages... mais, j'ai eu la chance en octobre 2000 de lui rendre visite, de découvrir son atelier et ses sculptures qui, debout, vous défient de leur présence. Afin de rapprocher l'étude au fusain des sculptures et pour réveiller ce bon souvenir, j'ai placé une photographie que j'avais prise d'un ensemble de figures sculptées qui attend de quitter l'atelier.MG

DELPORTE 25/04/2009 23:29

L'occasion m'avait été donné de parler de Dodeigne avec un ami poète dunkerquois, le rappel ici me ravit, Bertrand

Marie 25/04/2009 19:48

Si le dessin de Dodeigne m'intrigue et surtout me trouble davantage, je dois avouer que celui de Roussel est impressionnant, on dirait pratiquement une photographie!

Nadège 25/04/2009 19:16

Qu'est-ce que j'aimerais savoir dessiner !Belle description.