Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sens caché des images (Michel Bouillon / Philippe Cazal)

Publié le par MG

C'est dans une ambiance apparente de fête que je vous invite aujourd'hui au musée des Beaux-Arts de Tourcoing. Car fêter, c'est vouloir garder en mémoire la trace d'un évènement, la venue d'une personne. Le visiteur ne sera donc pas surpris de trouver à l'entrée des collections permanentes deux oeuvres le conviant à se délecter des fastes d'une table servie. Devant l'étonnante variété de fruits qui s'amoncellent dans le Grand Buffet peint par Michel Bouillon vers 1651-1657 et les coupes de champagne posées sur un Mobilier minimaliste conçu par Philippe Cazal en 1990, le spectateur passionné de peinture ancienne ou amateur d'art contemporain ne résistera pas à l'envie de se joindre au festin.

En réalité, la tentation de festoyer découle de la richesse sémantique contenue dans chacune des images. Le recours à des produits de luxe, telle la bouteille de champagne chez Cazal, a un impact visuel sur l'actuel consommateur aussi fort que la réunion de plusieurs sortes de fruits et de coquillages sur le contemplateur du XVIIe siècle. Tous symbolisent l'opulence, l'ordre du beau, le bon goût. L'agencement de ces éléments et leur imbrication dans l'ensemble de la composition - si symptomatique soit-elle de son époque - témoignent dans l'oeuvre de Bouillon comme dans celle de Cazal d'une volonté commune de créer des outils visuels efficaces.

En effet, Bouillon intègre le déversement anarchique des fruits dans un réseau d'alignements verticaux et horizontaux qui définissent une succession de plans rigoureusement géométriques et qui offrent à l'oeuvre une scansion et une profondeur illusoire. L'éclat des couleurs, les jeux de lumière et le rôle des draperies révèlent la main d'un artiste passé maître dans l'art scénographique. L'oeuvre de Cazal montre également un savoir-faire visuel dans le choix et le traitement des supports. Concevant son Mobilier à partir d'un carré modulable qu'il applique jusque dans la définition de la section du pied du guéridon et d'un matériau industriel (le formica), Cazal élabore un art qui se situe à la croisée du travail de designer et de l'entreprise publicitaire.

Stratégies indispensables de l'imagerie artistique, la démarche publicitaire de Cazal et le goût du spectaculaire chez Bouillon procurent un véritable enchantement. Mais que l'on ne se réjouisse pas trop vite de ces étalages alléchants, car voici que le ciel se charge de lourds nuages et que le vent ne tardera pas à tout emporter sur son passage. La précision des détails dans le tableau de Bouillon n'est qu'un leurre pour nous mettre en garde contre l'empire de l'éphémère qui s'étend jusqu'aux existences individuelles. Cazal l'a bien compris. En retirant de la bouteille l'étiquette où figurait la marque du champagne, l'artiste publicitaire tire parti du temps présent et de la futilité des choses. Cazal transpose ainsi son identité dans l'objet mercantile pour annuler l'illusion et la vanité.

MG in La Voix du Nord, Tourcoing, 01.09.1998.


Michel Bouillon, Grand Buffet, 1651 ou 1657, huile sur toile, 137 x 267 cm., coll. musée des Beaux-Arts, Tourcoing.

Philippe Cazal, Mobilier, 1990, bouteille de champagne, deux verres à champagne, table et socle (en quatre parties), bois recouvert de formica, 73 x 50 x 50 cm. et 121 x 121,5 cm. (x4), FNAC.

Site officiel de Philippe Cazal : www.philippecazal.com 




!

Commenter cet article

DELPORTE 05/05/2009 06:10

Alors "Champagne !!! La nuit promet d'être belle / car voici qu'au fond du ciel / apparaît la lune rousse..." Trop de "h" tue le Hasch !... Bonne journée, bERTRAND

MG 04/05/2009 19:57

Tu as raison Bertrand : j'ai oublié le hasch !

DELPORTE 04/05/2009 07:17

Euh, Michaël, ne chantait-il pas "Cham-pagne pour les uns..." plutôt que "campagne" ? dans son Illicite ?

MG 03/05/2009 23:08

Bonsoir et bonne nuit Nadège,Tu peux te servir... comme disait Higelin : "c'est campagne pour les uns, caviar pour les autres".MG

Nadège 03/05/2009 22:20

Il y a des coupes qui traînent là... qui se propose de les finir ?Désolé je rentre d'un week-end arrosé et je n'aime pas gâcher.Bonne reprise.

Marie 03/05/2009 14:50

En règle générale, ce genre de tableau (nature morte, festin, etc.) me laisse assez indifférente,Mais cela, c'était avant de lire ton article!

miss hyde 03/05/2009 11:15

cela fait un petit moment que je n'etais pas apsé sur ton blog pour cause de vacances et de " debordement", je découvre de nouveaux articles de qualité que je ne connaissais pas, je continue d elire et de m'instruire, et la petite musique d'accompagnement est bien agreable ! bonne reprse après ce break de 2 semaines !

MG 02/05/2009 23:28

Petites misères : tu blogues ! (je voulais dire : tu blagues !) Et ma colère était justifiée...Bravo Bertrand : à défaut d'éditeur pour être lu en France, overblog rend tes écrits universels !MG

DELPORTE 02/05/2009 22:42

Pour un "sens caché des images", je t'offre un cadeau poético-pictural, demain, sans même avoir su que tu étais passé lire "tes retards", qui n'en sont vraiment pas, puisque la Poésie se situe dans le Kairos, non dans le Topos ; et, as-tu vu et lu, il y a deux jours mon blog a été lu au ....Tadjikistan !!! Grosse surprise, pour moi ! Je relativise ainsi mon isolement finistérien, par celui de mon ami Pascal, trois mois qu'il y est pour raison professionnelle, il doit rentrer d'ici un mois... Nos petites misères de Blog ne valaient pas tant de ....colères, finalement... Amitié à toi, Bertrand