Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cécile Fargue abat les masques

Publié le par MG

 

FARGUE 3

"(...) toutes les vraies et incontestables oeuvres d'art possèdent ce double visage inquiétant et souriant (...), ce mélange d'instinct et de pure spiritualité."
H. Hesse, Narcisse et Goldmund, Calmann-Levy, 1948.

Exercice introspectif, l'autoportrait depuis Goya cache davantage qu'il ne révèle le visage de l'artiste. Il n'est plus un acte social traduisant une vision narcissique ou une manière commode de développer à moindre frais sa technique. L'autoportrait contemporain rejette toute vérité dans la visagéité pour ramener à la surface les surfaces les plus enfouies. A la manière d'Ensor qui considérait le visage comme un masque parmi les masques, Cécile Fargue met en image les grimaces de son âme.


FARGUE 2De la personna des acteurs de théâtre aux visages de carton ou de plastique des carnavaliers, le masque est souvent et malheureusement interprété comme une ruse, un mensonge, une diablerie. S'il est vrai qu'il dépersonnalise, le masque particularise. Il permet des expressions multiples que le visage ne saurait montrer. Cependant, le masque étonne, car il demeure en suspens, entre l'inerte et le mouvement, le silence et le cri, la vie et la mort.

Dans l'oeuvre de Cécile Fargue, la confusion entre le visage et le masque est si complète que l'on ne sait plus si l'artiste porte un masque qui cacherait son visage ou si ce masque est son seul visage. Froideur de la subjectivité, rictus de la mort, le faciès est alors mis à nu, dans sa chair et jusqu'à l'os. Du regard vide et déshumanisé au ricanement quasi squelettique, Cécile Fargue soulève ainsi les mascarades pour mieux rire de nos propres angoisses.

FARGUE 1Cette vision ironique, cette jouissance morbide de l'image de soi qui mène la représentation jusqu'à l'horreur nous place face à ce que nous ne voulons jamais voir, ni entendre. Cette hideur née de la rencontre entre ce que le miroir renvoie et ce que la vie a de plus terrifiant, qui nous prive de mot malgré ses évidents présupposés et nous assourdit par ses secrets murmurés, est la nôtre, à chaque instant. En s'auto-représentant à demi-masquée, en s'incarnant désarcanée, Cécile Fargue a su nous démasquer  !


MG - 03 février 2010 -



Lire et voir le travail de Cécile Fargue :
- Les-Visuels-de-MadeMoiAiles
- La Maison Rouge


 

Commenter cet article

Saint-songe 13/02/2010 14:30


Le sage "avance masqué", aussi... Neige, depuis ,..ai-je vu à la télévision ?..
Un Rome Lillois, ou un Nice Lillois ou un Rouen Lillois ?.. Ici, fraîcheur vivifiante au bord de la mer océance, sans neige que par moment, qui la fait nommer neige belge, car un rideau de neige
balaie l'espace bien qu'il fasse ... vif arrière-ciel bleu ensoleillé ...? Bizarrerie Finistèrienne, donc ; bon week-end (non de st valentin, puisque marié...,mais qu'est-ce qui la remplace alors,
cette fête pour les fidèles réguliers au foyer (sans masque) ?...)


MG 06/02/2010 11:05


Bonjour Bertrand,
Nous avons quelques références communes... En écrivant ce texte, je pensais à cette scène de Eyes Wide Shut de Kubrick et avais pour première idée de donner ce titre : "Masques et
farguamasques".
Bon week-end à toi... Chez nous, c'est ciel bleu et soleil en ce premier jour de vacances.


Saint-songe 06/02/2010 10:47


Question éternelle de savoir ce que pourrait-être un artiste sans "masque", le lambda s'en mettant, craignant toujours de se voir le visage à nu, sitôt nous levons-nous, matin, qu'on cherche à s'en
déposer un sur la face, ne fût-ce que pour sortir en société ; tout professeur en revêtant, face à ses élèves, non ? Mon ex , au retour de ses classes, n'avait pas le même visage, pour peu qu'un
cours fut correct, ennuyeux ou lourdingue ; idem, pour chaque travailleur, chaque politique, bref, Ensor ou Fargue sont dans la rue... Février, bientôt le Carnaval de Venise où les masques seront
de rigueur, justement pour se libérer derrière lui, n'étant jamais reconnu, comme tel est le but ; le rituel du dernier Kubrick, la messe noire : les femmes et les hommes, nus, masqués... TOUT est
masques et bergamasques, correctement et Verlainiennement... Bon Week-end Lillois (ville aux Géants Masqués)..!