Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dessins d'hier et d'aujourd'hui

Publié le par MG

« Le goût des beaux dessins est une des plus hautes élégances de l'esprit. Il ne lui procure pas seulement de rapides délices, il engage notre pensée dans des agréments faits pour elle où elle trouve tout son contentement. »

Henri Focillon.

 

 

MICHEL ANGE 1

 

Quels sont l'origine et le sens du mot "dessin" ?

Dans ses Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes (1568), Giorgio Vasari définit le mot « dessin » selon deux aspects théorique et pratique. Jouant sur le double sens du vocable italien disegno, qui signifie à la fois conception et contour, projet et exécution manuelle du tracé, il considère le dessin comme un processus hautement intellectuel - Michel-Ange en est un excellent représentant - sur lequel se fonde l'art. Toutefois, à partir du milieu du XVIIIe siècle, le champ sémantique conduit à distinguer l'acception de projet, d'intention (« dessein » en français ; design en anglais) de celle de la mise en forme (« dessin »).

 

Quel regard porte-t-on généralement sur le dessin ?

C'est probablement parce qu'il apparaît comme un tracé - expression la plus apte à saisir spontanément le monde environnant – sur une surface, que le dessin renvoie souvent à l'idée d'ébauche, de préambule aux domaines plus ambitieux que seraient la peinture, la sculpture ou l'architecture. Au début du XIXe siècle encore, il ne se donne que très rarement à voir sous une autre forme que celle d'un travail préparatoire et inabouti. Les tâtonnements, les repentirs, les réajustements inscrits sur la feuille se lisent - à tort ? - comme les traces d'une errance exploratoire autour d'un sujet difficilement déterminé.

 

Quelle est la place du dessin dans les arts ?

A la fin du XIXe siècle, les artistes redéfinissent « le principe d'un dessin fondamental, à la fois structure et organisation de l'image »1. Dès lors, le dessin se voit assigner une nouvelle place dans les arts. Lui qui n'était qu'un champ inachevé dévolu aux ressassements, aux recommencements se révèle brusquement comme une finalité en soi. Le dessin devient une expression plastique autonome lorsque la technique graphique est « choisie comme moyen pour exprimer complètement l'oeuvre et [...] comme instrument le plus immédiat pour le croquis ou pour n'importe quelle phase de l'étude en vue du recours final à une autre technique. »2 Dans le champ du langage graphique, cette prise de conscience a permis de mettre au même niveau les formulations les plus immédiates comme les plus élaborées du dessin.

 

Qu'en est-il du dessin aujourd'hui ?

Si le dessin contemporain conserve son rôle expérimental, il s'affirme comme une véritable esthétique. Transcription d'une forme synthétisée et/ou rendant compte le plus exactement possible d'un univers poétique comme de la réalité, il naît de la conjonction entre l'observation et l'invention. Qu'il soit figuratif ou abstrait, proche de l'écriture et du signe ou de l'apparence et de l'illusion, il peut se présenter sur une multitude de supports de formats exigus ou monumentaux autres que celui de la feuille de papier. Enfin, le dessin contemporain engage nombre de rapports liés au mouvement, à l'espace et au temps comme en temoigne l'oeuvre d'Ernest Pignon-Ernest.

 

1. Jean Rudel, Technique du dessin, Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, Paris, 1979, p. 38.

2. Franco Russoli, Le XXe siècle, dessins et aquarelles, Gruppo Editoriale Fabbri, Milan, 1970, p. 5.

 

 

Illustration :

  • Michel-Ange, fenêtres, croquis d'homme nu debout, profil d'un escalier. Annotation : "Pasuino se coppie di cacio e quarante pere", pierre noire  avec traits à la sanguine et livis brun, 27 x 26,8 cm,, Palais des Beaux-Arts, Lille.

 

MG - 13 février 2013. In Cahier pédagogique de l'exposition "Traits de génie" du 12.04. au 22.07.2013, Palais des Beaux-Arts de Lille.

 

Lire aussi :

-  Le dessin dans l'art contemporain ;

- Le cahier pédagogique de l'exposition "Traits de génie".

 

 

Commenter cet article