Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Juste/injuste

Publié le par MG

 (pour une meilleure lecture, cliquez sur chacune des pages ci-dessous)

JUSTICE 1

 

JUSTICE 7

 

JUSTICE 2

 

JUSTICE 3JUSTICE 4

 

JUSTICE 8JUSTICE 6

MG - 07 avril 2011.

 

 

 



Commenter cet article

MG 07/04/2011 21:34



Voici ce que Rousseau répondit au poème de Voltaire sur le désastre de Lisbonne :


"Je ne vois pas que l’on puisse chercher la source du mal moral ailleurs que dans l’homme libre, perfectionné,
partant corrompu ; et quant aux maux physiques (…) ils sont inévitables dans tout système dont l’homme fait partie (…) la plupart de nos maux physiques sont encore notre ouvrage. Sans
quitter votre sujet de Lisbonne, convenez, par exemple, que la nature n’avait point rassemblé là vingt mille maisons de six à sept étages, et que si les habitants de cette grande ville eussent
été dispersés plus également et plus légèrement logés, le dégât eut été beaucoup moindre, et peut-être nul. Tous eussent fui au premier ébranlement, et on les eut vus le lendemain à vingt lieues
de là, tout aussi gais que s’il n’était rien arrivé. Mais il faut rester, s’opiniâtrer autour des masures, s’exposer à de nouvelles secousses, parce que ce qu’on laisse vaut mieux que ce qu’on
peut emporter. Combien de malheureux ont péri dans ce désastre pour vouloir prendre l’un ses habits, l’autre ses papiers, l’autre son argent ?(…)


Pour revenir au système que vous attaquez, je crois qu’on ne peut l’examiner convenablement sans distinguer avec
soin le mal particulier, dont aucun philosophe n’a jamais nié l’existence, du mal général que nie l’optimisme. Il n’est pas question de savoir si chacun de nous souffre ou non ; mais s’il
était  bon que l’univers fut, et si nos maux étaient inévitables dans sa  constitution. Ainsi l’addition d’un article rendrait, ce semble, la proposition plus exacte, et, au lieu de
tout est bien, il vaudrait mieux dire, le tout est bien, ou tout est bien pour le tout….(…)


Si je ramène ces questions diverses à leur principe commun, il me semble qu’elles se rapportent toutes à celle
de l’existence de Dieu. Si Dieu existe, il est parfait, s’il est parfait il est sage, puissant et juste ; s’il est sage et puissant tout est bien ; s’il est juste et puissant mon âme
est immortelle, trente ans de vie ne sont rien pour moi, et sont peut-être nécessaires au maintien de l’univers. Si l’on m’accorde la première proposition, jamais on n’ébranlera les autres ;
si on la nie, à quoi bon disputer sur ses conséquences …."