Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le classicisme augustéen

Publié le par MG

Auguste (-27 ; + 14) se déclare Premier du Sénat et confisque les pouvoirs religieux : l'empereur devient ainsi Pontifex maximus. L'idée d'un empereur déifié se développe alors progressivement. Elevé au rang des dieux, celui-ci ne peut mourir.
Auguste rétablit la paix dans l'empire et crée un art officiel qui rompt avec ce qui se faisait auparavant.

1. L'Auguste de la Prima Porta :
AUGUSTE 1Découverte dans la villa de la femme d'Auguste, cette représentation en pied de l'empereur reflète une pondération grecque. En effet, le maintien du personnage et le port de la lance reprennent le schéma du Doryphore de Polyclète. Si le visage ose affirmer de manière réaliste les traits et la chevelure d'Auguste, l'ensemble traduit davantage une volonté de conserver l'empereur dans une éternelle jeunesse. La nouveauté réside ici dans le traitement de la cuirasse qui permet d'historier l'oeuvre. Véritable propagande, celle-ci montre la défaite des Romains devant les Parthes (actuels Iraniens) en - 53. Sachant qu'Auguste obtient en -20 la restitution des enseignes par les Parthes, il est donc aisé de dater cette sculpture. C'est au travers de cette représentation de l'empereur Auguste que débute l'art classique romain.

2. L'Ara Pacis Augustae :
AUGUSTE 2Décidé par Auguste lui-même, cet autel monumental met en image une procession qui s'est déroulée en -13. Tels ceux que l'on trouve en Asie mineure, cet autel est précédé d'un escalier et est entouré d'une balustrade portant un triple décor. Dans la partie inférieure se déploient des rinceaux ; l'intérieur de la balustrade est orné de bucranes (guirlandes avec tête de boeuf) tandis que la partie supérieure accueille une procession. Toute la famille impériale y est représentée. Auguste en pontife est entouré de licteurs portant un faisceau. Véritable photographie de famille, cette procession hiératique met en place de manière ordonnée des personnages. Outre la dimension religieuse de cette scène, les historiens de l'art s'accordent à voir dans les rinceaux une signification politique. Quoi qu'il en soit, ces motifs vont très vite se diffuser dans l'art funéraire romain.

MG - 28 janvier 2010


Lire aussi :
- Le portrait romain à la fin de la République.

- Tout savoir sur l'Ara Pacis Augustae 
(www.mediterranees.net/.../auguste/arapacis.html)


Commenter cet article

Saint-songe 30/01/2010 23:12


"Exploiter", le mot est hélas lâché, cher ami, je vois qu'elle n'a guère changé, cette "pauvre" éducation peu "nationale", pour ce que je l'ai connue, par le biais de mon ex et d'amis
professeurs ; c'est ainsi que je suis moi-même devenu un personnage Leclézien, ayant quitté tout rôle social, volontairement, "exploité" de même à la Poste (agent d'exploitation, que le titre
fonctionnel s'appelle, en plus, comme si l'Etat signait là son droit à la "guillotine" !!!) Bon courage


MG 30/01/2010 11:00



L'Education Nationale n'a que faire des décorations... elle ne songe qu'à exploiter au maximum son vivier d'intellectuels, de pédagogues...



Saint-songe 30/01/2010 10:52


Un seul mot, cette fois, sur ce sujet : - Impérial.
(Ps : avez-vous été sacré par l'Inspection, ou tarde-t-elle encore à vous couronner de ses lauriers professoraux ?)


nadège 29/01/2010 11:46


Michael, soit le bienvenu dans ma communauté ce qui me permet également de me rappeler de son existence :)


MG 28/01/2010 15:13


Crikette,
Vous trouverez au bas cet article toutes les informations nécessaires sur l'autel d'Auguste. Sachez seulement que nombre de fragments furent longtemps éparpillés dans différents musées.
Aujourd'hui, une reconstitution existe à Rome dans le musée de l'Ara Pacis.


Crikette 28/01/2010 14:31


Dans quel musée se trouve cet autel ,svp ? Article très intéressant ...comment donner gout à l'Histoire.