Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Piano, piano

Publié le par MG

La nuit s'est étalée. Elle nous étouffe sous son long manteau noir.

Le temps est passé : la rose devrait bientôt éclore... .

Le vibrato du violon qui fit danser celles et ceux qui n'ont plus d'ombre, valse encore, encore et toujours. Il mesure le temps, le temps déjà passé.

Le ciel est tombé. Prêt à tout embrasser.

Au loin, une moto pétarade dans la profondeur et le silence d'un piano soulagé.

Dans la profondeur et le silence d'un piano trop âgé, elle s'est enfin montrée.

Elle danse, peut-être pour moi. 

La journée s'est effondrée. Aucune certitude de soleil pour demain.

Elle est là. Elle danse sans moi.

Ne me parlez pas de cet accordéon qui accompagne tout !

Le ciel s'est déchiré. Le vrombrissement de la moto s'étouffe cependant sous la dernière nuit d'été.

Je suis las, bien plus que ma fleur.

Ne me demandez plus pourquoi, dans la lumière tamisée, elle continue de rayonner au rythme d'une valse endiablée.

 

MG - 05 août 2009.

 

2008.07.13 LILLE 991

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Nadège 27/05/2011 17:10



J'imagine une soirée d'été, triste, un peu avortée... J'aime bien ce texte !



Saint-songe 14/05/2010 20:23



Je viens aussi, "piano piano".... Ravi que mon poème ait touché ta sensibilité ... sur LIlle, depuis les grands flots !!!! Trahison d'optique au-delà des horizons, il a bien failli ne pas être
placé, je ne l'avais que dans la tête !!!!