Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une mondialisation heureuse ?

Publié le par MG

Cette séance de deux heures ouvre le sujet d'étude "acteurs, flux, réseaux de la mondialisation du programme de géographie en Première bac pro.

 

(Veuillez cliquer sur chaque page pour l'agrandir)

 

MONDIALISATION 1

MONDIALISATION 3MONDIALISATION 4

 

MONDIALISATION 2

MONDIALISATION 5

 

MONDIALISATION 6

 

MG - 05 décembre 2010.

Séance élaborée à partir d'une réflexion de Sabine D., enseignante et formatrice en géographie.

 

 

 

La mondialisation : concepts, outils, méthodes, approche épistémologique :

Si le concept de mondialisation se traduit dans les années 1980-1990 par des régimes d'accumulation financière ayant adoptés une politique de libéralisation, il devient en raison d'une frénésie médiatique dans les années 1990-2000 un terme polymorphe englobant nombre de conceptions (système-Monde, société-Monde...). (...)

La mondialisation n'est autre que du territoire qui survalorise les différenciations et crée de nouvelles inégalités. (...) Elle est un processus géohistorique multiséculaire d'extension progressive de l'économie libérale marchande et capitaliste à l'ensemble de l'espace planétaire.

 

FACEBOOKCette carte sur l'utilisation de Facebook dans le monde illustre parfaitement les inégalités que génère la mondialisation.Source : fluctuat.net


On compte trois grandes mondialisations dans l'histoire de l'humanité : celle marquée par les grandes découvertes (XVIe-XVIIIe siècle), celle résultant de la constitution des empires coloniaux (XIXe siècle-1960) et celle issue de la dérèglementation des marchés à partir des années 1970-1980.

Ce système (géo)économique, (géo)politique et (géo)stratégique défini dans le temps permet, à nous enseignants, de souligner l'importance de la dimension spatiale et territoriale dans les phénomènes ayant trait au triptyque économique/politique/stratégique. N'oublions pas non plus que la production d'un espace mondialisé est en retour le fruit d'une dynamique.

Les outils méthodologiques permettant d'appréhender le concept de mondialisation sont :

- les ordres de grandeur des ensembles spatiaux : continent, subcontinent ou Etat, région ou province, local ;

- les multiples qualités des ensembles spatiaux : espaces naturels, culturels, politiques ou administratifs, économiques ainsi que les entités plus abstraites tels que les PVD, le monde arabo-musulman, le monde slave, etc. ;

- les articulations entre les pavages et les réseaux.

 

A propos de la mobilité :

Bien qu'ayant fait le choix de ne pas diffuser sur ce site la  conception de la situation sur les migrations internationales, je rends compte ici que la mobilité géographique du capital, des marchandises, des informations et des hommes s'appréhende comme un système mondial intégrant les territoires les plus reculés, la finitude du monde (l'arctique, par exemple). Contrairement à ce que l'on croit, la mondialisation n'a pas réduit l'espace : elle montre plutôt la capacité des hommes à maîtriser le rapport distance-temps. Autrement dit, la distance est systémique. Et, au travers de l'étude de la mobilité, le monde se révèle dual et polarisé.

 

L'espace mondial  - annoncé dans la séance ci-dessus - est en recomposition. Aujourd'hui, on distingue :

- la Triade et les Etats dominants (Etats-Unis, Japon...) ;

- les périphéries intégrées en raison de leur disponibilité en matières premières et d'une main d'oeuvre peu onéreuse ;

- les pays émergents en raison de leur autonomie (Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud, Russie et dans quelques années la Turquie) ;

- les puissances régionales (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud) ;

- les marges évitées (Somalie, Iraq, Cuba... par exemple).

 

On débat actuellement sur ce nouvel ordre mondial : la réforme du FMI et de la Banque mondiale, l'éventuelle refonte du conseil de sécutité de l'ONU ... témoignent des interrogations que soulève l'espace mondialisé quant au modèle à suivre ?  L'on sait que ce nouvel ordre mondial ne peut plus être américain quand on regarde, par exemple, une carte en anamorphose de la population mondiale.

 

POPULATION MONDIALE

source : www.worldmapper.com 

 

Compte rendu partiel de la conférence "Les territoires de la mondialisation" donnée au C.R.D.P. de Lille le 19 janvier 2011 par Laurent Carroué, directeur de recherche à l'Institut français de géopolitique de Paris VII.


 

Lire aussi :

- Le circuit mondial du porte-conteneurs CMA CGM Andromeda.

 

 

 

 

 


 


Commenter cet article

MG 19/01/2011 21:11



Gardons à l'esprit que les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) - j'adore cette désignation - financent aujourd'hui les pays développés (Etats-Unis, Royaume-Uni... etc.) pour que ces derniers
puissent reconstruire leur système financier (autrement dit éponger leurs dettes) effondré depuis la crise financière de 2008-2009. En définitive, la mondialisation c'est la dépolitisation et le
déterritoralisation des réalités !



MG 05/12/2010 12:53



Bonjour et merci Aimé pour votre visite dominicale...


L'on pourrait débattre longuement sur la mondialisation. Pour faire court, elle  accentue les inégalités entre les pays du Nord, notamment ceux de la Triade (Amérique du Nord, Europe, Japon)
et ceux du Sud, l'Afrique en particulier.



Aimé jc 05/12/2010 12:30



Bonjour,


Comme dans toute chose, il y a du pour et, du contre, quant à cette mondialisation!


Le facteur qui me semble le plus positif, est le mixage des cultures ! Donc, probablement une compréhension réciproque plus grande, quant aux différences culturelles! ... moins de conflits à
venir ? à voir ...


Le facteur qui me paraît être le plus négatif, est la perte d'identité des "communautés" ! L'individu devient un peu, beaucoup ... rien!


Alors bien, ou mal ? La machine est en route, je ne saurais personnellement y contrer, alors attendons pour voir ...


Amitiés