Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Norbert Ségard : un Anichois au service de la vérité

Publié le par MG

Inauguration de la médiathèque Norbert-Ségard d'Aniche le 14 novembre 2015.

Inauguration de la médiathèque Norbert-Ségard d'Aniche le 14 novembre 2015.

Norbert Ségard (1922-1981) - Source non connue.

Norbert Ségard (1922-1981) - Source non connue.

« La vie ne vaut que par ce que l'on apporte à autrui. »

Norbert Ségard

 

Né le 3 octobre 1922 à Aniche, Norbert Ségard passe son enfance dans la maison familiale sise rue Carnot, non loin de la fosse de l'Archevêque. Ce passé dans le bassin minier peut expliquer en partie l'esprit profondément humain qui le caractérisera toute sa vie. Son père, d'abord comptable, assurera la direction commerciale de la verrerie Saint-Martin ; sa mère est enseignante à l'école libre Sainte-Marie, qui par la suite sera associée à l'Institution Saint-Joseph. L'enfant exprime à ses parents le souhait de devenir pape.

En 1933, Norbert Ségard entre au collège à Cambrai. Les archives nous apprennent que durant l'année scolaire 1935-1936 – il est alors en 3e -, le jeune Norbert quitte souvent la classe pour recevoir des cours particuliers dispensés par celui qui l'a baptisé et qui reste proche de la famille Ségard, Agapit Lucas. Ses résultats scolaires sont bons et ne cessent de s'améliorer. En Terminale de philosophie, il se classe 4e en excellence ce qui montre un comportement sérieux, 3e en éducation religieuse, 3e en histoire-géographie et en physique-chimie, 1er en sciences naturelles mais n'est jamais primé en mathématiques.

Bachelier à 17 ans, il entreprend des études et se forme dans la pharmacie de Victor Eschenbrenner à Aniche. Très vite, il se désintéresse de la médecine et s'oriente vers une licence de mathématiques et de sciences physiques à Lille en 1945. A cette époque, il envisage encore d'entrer au séminaire. Cependant, son diplôme d'études supérieures de sciences physiques le conduit à enseigner la thermodynamique à l'université catholique de Lille. Dès lors, il se consacre à l'optique et plus précisément aux phénomènes ondulatoires. En 1949, il se marie avec Denise Girard, professeure d'anglais avec qui il aura trois enfants. Quatre ans plus tard, il soutient sa thèse de doctorat de sciences physiques.

Nommé professeur titulaire de la chaire de physique à l'Institut catholique de Paris à l'age de 32 ans, il succède ainsi au célèbre médecin et physicien Edouard Branly, découvreur de la radioconduction. Profitant de son statut de professeur, il se consacre pleinement à la création, réfléchissant sur l'univers. Profondément chrétien, il reste persuadé que « la Création sortie des mains de Dieu n'est pas achevée » et qu'il appartient aux hommes de la poursuivre. Il crée d'abord un laboratoire d’ultrasons, puis d’électronique et participe à la création de l’Institut supérieur d'électronique de Paris (ISEP) qui ouvre ses portes en novembre 1955.

Constatant le potentiel économique de sa région d'origine, Norbert Ségard comprend qu'il devient urgent d'engager le Nord dans la reconversion. Pour lui, l'évolution démographique du Nord-Pas-de-Calais doit conduire à la création de postes de cadres. C'est pourquoi, il conçoit à Lille l’Institut supérieur d'électronique du Nord (ISEN) qu'il dirigera jusqu'en 1974, seule école d’ingénieurs du privé reconnue par l’État dont le diplôme officiel permet de continuer des études scientifiques en faculté, par le doctorat, vers les carrières de la recherche scientifique et technique. « L'électronique », affirme-t-il, « est le système nerveux du monde moderne. »

Dans les années 1960, Norbert Ségard multiplie les activités et les responsabilités. A Leanord (laboratoire d'électronique et d'automatique du Nord), par exemple, il participe à la conception du micral, premier micro-ordinateur et en 1963, il crée une école d'ingénieur en agriculture à Lille... Il entame en 1971 une carrière politique en se présentant sur la liste UDR (Union des démocrates pour la République) de François-Xavier Ortoli lors des municipales de Lille. Mais la première victoire n'arrive qu'en 1973 lorsqu'il est élu député de la première circonscription du Nord, avant de devenir secrétaire d'État du commerce extérieur en juin 1974. Il parcourt alors en moyenne 650 kilomètres par jour et visite 42 pays en 18 mois. Dès janvier 1976, il assume le secrétariat d'État aux Postes et Télécommunications. En octobre 1980, il est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre pour la Recherche et l'application des techniques avancées, poste qu'il occupe jusqu'à ses derniers jours.

Lors de son mandat au Conseil Général du Nord pour le canton Lille Nord, Ségard fait installer de nombreuses cabines téléphoniques. Si en 1976, on recensait six millions d'abonnés téléphonique, on en compte 14 millions en 1980. Aussi, dans la France d'avant Norbert Ségard « on parlait du téléphone », après lui « on parlera au téléphone » ! Le 19 janvier 1978, Valéry Giscard d'Estaing et lui félicitent le 10 000 000e abonné au poste de télévision. Passionné également par la télématique, il prépare le terrain du minitel (Médium interactif par numérisation d'information téléphonique).

Opéré d'un poumon, Norbert Ségard décède d'un cancer le 1er février 1981. Ses funérailles se déroulent dans la chapelle de l'Université catholique de Lille le 5 février. Pierre Mauroy, son adversaire de jadis et maire de Lille donne le nom de Norbert Ségard à une des rues de la ville située non loin de la Catho. Le 7 juin 1986, on dévoile la plaque au cours d'une cérémonie après laquelle on inaugure solennellement le nouvel immeuble de l'ISEN. Quelque temps plus tard, la Fondation Norbert Ségard est créée afin de poursuivre l‘action de ce visionnaire dans le domaine de la formation des ingénieurs, dans la recherche et l’entrepreneuriat technologique en agissant par l’octroi de bourses, prix, subventions en faveur de projets à caractère scientifique et pour soutenir la création d’entreprises technologiques innovantes en France. Enfin, une partie des archives familiales sera déposée prochainement à la Société d'histoire locale d'Aniche.

 

MG, d'après la conférence de Pierre Lemaître, ancien directeur de l'Institution Saint-Joseph d'Aniche sur la vie et l'oeuvre de Norberd Ségard le 19 novembre 2015 à l'Idéal Cinéma - Jacques Tati d'Aniche - 22 novembre 2015.

Extrait de l'acte civil de Norbert Ségard.

Extrait de l'acte civil de Norbert Ségard.

"La Croix", bulletin paroissial, novembre 1961.

"La Croix", bulletin paroissial, novembre 1961.

1978 : le Secrétaire d'Etat aux P.T.T. annonce le "Printemps du téléphone" - Photo : "La Voix du Nord"

1978 : le Secrétaire d'Etat aux P.T.T. annonce le "Printemps du téléphone" - Photo : "La Voix du Nord"

Norbert Ségard dans les rues de Lille accompagné de Jacques Chirac.

Norbert Ségard dans les rues de Lille accompagné de Jacques Chirac.

Norbert Ségard, secrétaire d'Etat aux Postes et Télécommunications rencontre le ministre d'Etat irakien Mustafa Barzani en octobre 1978 lors de son voyage en Irak.

Norbert Ségard, secrétaire d'Etat aux Postes et Télécommunications rencontre le ministre d'Etat irakien Mustafa Barzani en octobre 1978 lors de son voyage en Irak.

Norbert Ségard récu par le pape Jean-Paul II le 21 mai 1979 au cours d'un voyage à Rome de trois jours. En 1980, c'est le même pape que Norbert Ségard allait retrouver à Notre-Dame de Paris, cette fois dans un fauteuil roulant pour témoigner de ce que la maladie lui donnait à vivre.

Norbert Ségard récu par le pape Jean-Paul II le 21 mai 1979 au cours d'un voyage à Rome de trois jours. En 1980, c'est le même pape que Norbert Ségard allait retrouver à Notre-Dame de Paris, cette fois dans un fauteuil roulant pour témoigner de ce que la maladie lui donnait à vivre.

Norbert Ségard dans la presse.

Norbert Ségard dans la presse.

Voeux de Norbert Ségard aux personnels des P.T.T., janvier 1980.

Voeux de Norbert Ségard aux personnels des P.T.T., janvier 1980.

Norbert Ségard salué par le Président de la République française Valéry Giscard d'Estaing à la préfecture du Nord en octobre 1980 - Photo : "Voix du Nord".

Norbert Ségard salué par le Président de la République française Valéry Giscard d'Estaing à la préfecture du Nord en octobre 1980 - Photo : "Voix du Nord".

Prise en décembre 1980, cette photo est l'une des dernières du ministre disparu - Photo : "Voix du Nord".

Prise en décembre 1980, cette photo est l'une des dernières du ministre disparu - Photo : "Voix du Nord".

Extrait de l'acte de décès de Norbert Ségard.

Extrait de l'acte de décès de Norbert Ségard.

"La Voix du Nord", 5 février 1981.

"La Voix du Nord", 5 février 1981.

Biographie de Norbert Ségard - Société d'histoire locale d'Aniche.
Biographie de Norbert Ségard - Société d'histoire locale d'Aniche.

Biographie de Norbert Ségard - Société d'histoire locale d'Aniche.

Commenter cet article