Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Claude Berri, Uranus

Publié le par MG

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France libérée est partagée entre ceux qui clament leur bravoure durant l'occupation et ceux qui ne sont pas communistes. C'est dans ce contexte de règlement de comptes que Claude Berri met en scène le personnage caricatural de Léopold, un cafetier accueillant dans son troquet une classe primaire et incarné par le brillantissime Gérard Depardieu. Pris de passion pour la célèbre oeuvre de Racine, Andromaque, Léopold ne parle plus que de poésie et compose ses premiers vers... C'est le jeu de Depardieu récitant une poésie d'alcoolo et les répliques elles-mêmes qui offrent au film  - Uranus - des moments inoubliables...  

 



Pour ceux qui méconnaissent le film, voici quelques répliques phares de Léopold :

Citoyens, citoyennes,  on nous cause !
Ici Léopold la jeunesse, dit Léopold de Cambrai, champion d'Europe et des Balkans... Un homme sans peur et sans reproche qui a été injustement emprisonné par des communistes ! des voyous !
Des abrutis payés par Moscou ont essayé d'écraser dans l'oeuf l'intelligence et la poésie ! Mais l'intelligence se relève pour uriner au fondement de ses adversaires sans scrupules... et la poésie se relève aussi pour faire chier le monde et crier avec les personnes loyales : à bas de Gaulle ! A bas la patrie !


La poésie de Léopold :

LEOPOLD :
Passez-moi Astyanax, on va filer en douce.
Attendons pas d'avoir les poulets à nos trousses.

ANDROMAQUE :
Mon Dieu, c'est-il possible ? Enfin voilà un homme !
Voulez-vous du blanc ou voulez-vous du rhum ?

LEOPOLD :
Du blanc !

ANDROMAQUE :
C'est du blanc que buvait mon Hector pour monter au front.
Il n'avait pas tort.

LEOPOLD :
Je me suis toujours lavé les dents qu'avec du blanc !
Je ne bois que du blanc depuis que je suis enfant !









Commenter cet article

MG 13/06/2009 11:54

Ainsi, tu es celui qui n'a pas de "L" à son nom !

zanymonk 13/06/2009 11:37

Cette personne semble de très bon conseil ! Es-tu bien sûr qu'un "L" surnuméraire flotte tel un étendard à la proue de son patronyme ?   Doit-elle voir dans cette déformation involontaire une conséquence des "Z", "Y" et "K" surperflus qui terminent le tien ?  

MG 13/06/2009 09:27

Merci pour toutes ces précisions littéraires et historiques... ne me reste qu'à deviner ton identité. Cela dit, le fait que tu te sois arrêté sur cette page consacrée à Uranus est un indice : c'est Fred Lernould qui m'a fait connaître ce film.A bientôt.

zanymonk 13/06/2009 05:36

Bien au delà du strict rapport entre résistants et collaborateurs, Uranus traite d'un sujet fort peu traité à mon sens en littérature comme au cinéma : la réaction d'hommes ordinaires confrontés à des situations extra-ordinaires, en l'occurence la période trouble de l'Occupation et de la Libération. Lorsque le vent de l'Histoire se lève, les masques tombent et les rôles sociaux sont redistribués avec une infinie violence : le lâche point sous l'apparence du héros, le médiocre aspire à l'élévation, le pêcheur de lune devient cynique et le bourgeois humaniste et le corrompu est rongé par la culpabilité. Et, contre toute attente, la poésie affleure sous la croûte immonde de la barbarie ; c'est Rudolf Hess qui prend le thé en écoutant des prisonniers décharnés jouer Mozart dans l'enceinte d'Auchwitz. Plongées dans ce maelström de sentiments contradictoires, l'âme est malmenée et la morale foulée aux pieds... Force et faiblesse s'entremêlent, vainqueurs et vaincus se confondent, ne reste que l'Humain.Content de voir que tu restes fidèle à tes références culturelles de jeunesse, Michaël ! 

GRABARCZYK 24/12/2008 15:10

Stéphanie,Merci pour votre commentaire.Joyeux Noël et une excellente année à venir.MG

stephanie gaou 24/12/2008 13:47

Depardieu est remarquable dans ce rôle de prosateur débordant, et débordé par ses mots... Galabru est immense, Desarthe aussi... C'est un des rares films qui a su transcrire presque au mot, l'humanité d'un livre... Marcel Aymé fait partie de ces écrivains discrets, qu'on n'a pas assez su aimer à leur juste valeur. Bel hommageStéphanieLA DEFERLANTE DE MOTS

nadege 22/12/2008 14:56

Oui, j'ai déjà vu ce film, ce passage est très bon, et surtout le jeu de Depardieu est remarquable, et son personnage détonnant !Merci

GRABARCZYK 22/12/2008 10:24

Bonjour Nadège,Uranus est un film qui traite de la France d'après-guerre et des tensions entre collabos et résistants, entre communistes et le reste des Français. Depardieu joue le rôle d'un cafetier alcoolique, amoureux de la poésie. Dans ce passage, il est arrêté à tort et reconnaît ses deux grandes passions : le blanc et Andromaque.MG

nadege 22/12/2008 10:15

Quelle conclusion, j'ai beaucoup ri !