Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'aurais voulu être l'Artiste

Publié le par MG

J'aurais voulu être un artiste pour faire parler un tableau... Je n'aurais retenu, dans mon oeuvre, que la peinture comme matériau et comme sujet. J'aurais rejeté la moindre perspective et la moindre illusion, le moindre élément figuratif et la moindre narration. J'aurais renoncé à tout discours formel et subjectif. Mes tableaux auraient eu ainsi leur propre langage et chacune de leurs parties aurait constitué les prémisses d'un nouveau type de syllogisme et l'ossature d'une rhétorique intelligible et harmonieuse pour celui qui sait écouter.

J'aurais voulu être un artiste pour définir le tableau... J'aurais appris qu'il n'est qu'une surface-plan délimitée et "recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées"1. J'aurais vu en lui l'empreinte matérielle de la poïétique et ne l'aurais envisagé que comme le support restrictif de mon expression plastique. Avec des barbouillages, des taches, des coulures et des voiles de couleur, j'aurais su alors malmener la syntaxe picturale dominée par cette fiction de la planéité et de la cohérence pour laisser s'échapper le lapsus, le délire et l'impensable.

J'aurais voulu être l'artiste dont les tableaux ne sombrent pas dans l'anecdote, le bavardage et le déjà dit. J'aurais compris qu'il n'y a sans doute plus rien à peindre. Ma peinture  déduite de toute représentation n'aurait donné à voir qu'elle-même comme geste, boursouflure, accumulation, concrétion et imprégnation de couleurs. Et par cette seule exagération, j'aurais pu élaborer un vocabulaire pictural sans redite, ni trop dit, à la portée de tout entendement.


M. G. 06 janvier 2009.



______________________________
1 « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. » (Maurice Denis, « Définition du Néo-traditionalisme », Revue Art et Critique, 30 août 1890).

Commenter cet article

nadège 25/10/2009 19:43


C'est bizarre, je me rends compte que je n'ai jamais commenté cet article, il aurait pu m'intéresser pourtant, mais ou avais-je la tête ?
Et aujourd'hui, rien ne m'empêche de le faire, sauf que je suis KO d'une soirée et d'un dimanche imbibé d'alcool, alors je n'ai pas les idées claires, c'est quoi un artiste déjà ???
Bon je te promets de le faire bientôt.


MG 07/05/2009 23:06

Loran,Que vous fassiez le déplacement jusqu'ici... c'est déjà un plaisir immense pour moi. Et que vous appréciez d'être là, chez moi... c'est indicible.Que tout le monde sache que non seulement votre blog est celui que je préfère de tous ceux que je visite, mais aussi que vos articles sont d'une TRES GRANDE QUALITE !MG

loran 07/05/2009 22:58

Inutile d'en rajouter, à quoi bon ? Tout simplement c'est un bonheur de te visiter...

ange-nu 07/05/2009 16:00

Bonjour et à bientôt. Bravo pour ce blog. amicalement Brigitte

Marie 25/03/2009 23:25

L'écriture est sans doute, avant tout, 'un jeu auquel tu te livres avec passion', il n'empêche que je ne lis pas ce texte comme un support, il a de la valeur en-lui même. Et... Moi aussi j'aurais voulu être l'Artiste, mais chuuut! =)

Michaël GRABARCZYK 22/02/2009 18:59

Désabusé ? Non, puisque je ne sais que je suis incapable de me lancer dans une création plastique.Comme disait Socrate, la connaissance commence lorsque que l'on prend conscience de son ignorance. Et en matière d'art, je sais que je ne sais pas !MG

Couleurs&Formes 22/02/2009 18:53

Un joli texte. Un peu désabusé, non ?

arlette philbois 20/02/2009 12:35

Nous sommes tous quelque part un artiste qui sommeille, il ne faut pas grand chose pour qu'il se révèle, et vous avez su le faire dans vos vers avec brio, bravo !

nisaba 03/02/2009 09:13

Trés beau texte.........

Acebasho 30/01/2009 04:29

Bonjour Mickaël.Tes écrits reflètent une pensée structurée qui tend à découvrir et à rationnaliser ce que sa sensibilité entrevoit.C'est bien là le problème l'adéquation est difficile à obtenir car la création est cloisonnée.C'est un beau texte juste qui a peu tendance à faire appel à une construction imaginaire de la part du lecteur, tant ce dernier arrive à s'identifier au "soupirant".Tu arrives pertinemment à faire rejaillir cette difficulté à atteindre la plénitude de la création artistique qu'à l'être préoccupé par la retranscription mécanique de techniques aussi sophistiquées puissent-elles être par le nom.Le malaise est bien ressenti.Quant au choix de la musique, cela adhére bien à la thématique déjà choisi pour "exposer" le texte.Bravo!Peace.

Michaël GRABARCZYK 10/01/2009 10:22

Bonjour Eric,Que voulez-vous dire ? Parlez-vous de manière générale ou pensez-vous que certains mots de mon texte "tuent" l'image ?MG

PHOTOGRAPHEPOETE 10/01/2009 04:44

Beau texte,belles phrases, belle image, Mais parfois les mots tuent cette imageIl ne reste alors qu'un mirage.Dommage...Sympa, je reviendraiEric