Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'écriture sms... mdr

Publié le par MG

2004.06.02-LILLE-4-Bois-blancs---p-niche-G-d-on.jpg

Avec ses métaplasmes, le langage sms – apanage des jeunes et des moins jeunes avides de concision dans la manière de communiquer et de manifester par écrit le ressenti ou l'interrogation du moment – est aujourd'hui pointé du doigt, notamment par les enseignants. Ces derniers voient en lui une menace pour l'orthographe, une dérive de la langue française. Auraient-ils oublié que cette interprétation, souvent phonétique, du français académique succède à bien d'autres passées aujourd'hui dans le langage courant tels le verlan, l'argot ou le javanais ?

 

Je me souviens d'une conversation, le matin de la Saint Gaston, avec une professeure de Lettres qui défendait la réussite scolaire et professionnelle au travers de la maîtrise de la conjugaison et de l'orthographe. Elle me fit part de son incompréhension face aux modifications scripturales relevées dans les copies de ses chers apprenants, qui portaient atteinte à l'intégrité des mots de « sa » langue française ! La pauvre avait omis, dans son enseignement d'une langue vivante, de prêter attention au sens des pensées formulées et à l'histoire linguistique. Ou bien, simplement, avait-elle oublié d'être jeune ? Quoiqu'il en soit – on notera au passage l'orthographe de mon "c(l)oaque" -, cette entrevue prit très vite la forme d'un dialogue nunique qu'il me faut vous restituer, là et maintenant... sans la moindre erreur orthographique !

 

LA PROF. (en cata) « v'la », « rdv »... et j'en passe. Ils suppriment de plus en plus de lettres et de syllabes. Comment veux-tu que je comprenne ce qu'ils écrivent ? Tout disparaît... petit à petit, au fil des années. J'appréhende le jour où ils me rendront tous une copie blanche.

 

MG. J'crois que dans cette opération, ce sont souvent les lettres inutiles que l'on rechigne à rédiger.

 

LA PROF. (n'osant à peine toucher son p'tit déj') De la fainéantise par dégoût ? Tu veux rire ?

 

MG. Non, ce n'est pas ce que j'voulais dire. Crois-tu vraiment que toutes les lettres soient utiles au déchiffrage des mots ? J'en doute. Car, vois-tu, hier comme aujourd'hui, NOUS avons toujours cherché à (re)transcrire rapidement. Faut-il te rappeler les notes quasi sténographiques qui noircissaient les pages de tes carnets lorsque t'étais étudiante ?

 

LA PROF. Je ne vois pas le rapport !

 

MG. Réfléchissons un peu... Qu'y a-t-il de condamnable dans la transcription « rdv » ? Reprocherais-tu aux Phéniciens de nous avoir légué un alphabet sans voyelles ? Es-tu tombée dans les pommes en lisant La Disparition, roman de Perec construit sur la syncope de la lettre « e » ?

 

LA PROF. Certes, je te donne raison. Sur un point seulement, celui des acronymes et autres abréviations. Car, au-delà des aphérèses et apocopes, je te mets au défi de lire leur écriture phonétique !

 

MG. C'est rien d'autre qu'une orthographe simplifiée... dans un contexte donné... 

 

LA PROF. (nrv, boit d'un trait son Kfé) Et alphabétique ! Il me faut maintenant épeler à haute voix leur travail pour saisir la prononciation des mots !!!

 

MG. ODS FMR...

 

LA PROF. Très fin ! Je commence à te comprendre.

 

MG. Ne t'imagine pas que j'ALLAIS t'enfoncer ! Je T AC ÉD, jusque là !

 

LA PROF. (1 T ré C) Jusque là... oui ! Mais c'est bien plus complexe quand ils utilisent les chiffres comme dans « koi 2 9 ? » … J'ai l'impression de résoudre des rébus.

 

MG. Sois 5pa... car tes éléves peuvent aussi créer de véritables casse-tête anglo-français. « B4 », par exemple, annonce un toucher-couler si tu ne fais pas AVANT l'effort de traduction.

 

LA PROF. (plissant les yeux tout en esquissant un sourire de convenance, tel un émoticône) Pffff.

 

MG. Je vais te laisser car j'ai un rencard... à +... (m'éloignant) Je x que jeu10 nous irons au 6né avec 20 100 !

 

MG - 13 juin 2010.

 

 

Lire aussi : Journée mondiale sans téléphone portable (source wikipédia)

 

  

 

 

 

 

Commenter cet article

MG 19/07/2010 10:14



Ce que j'aime dans tes commentaires, Bertrand, ce sont ces parenthèses sur le quotidien d'Amélie Nothomb qui résonnent davantage que le reste quand je te lis.


A bientôt.



Saint-songe 19/07/2010 08:44



Texte tôt : bjr slt ok... CQFD MDR... BYE...


Je suppose , cher ami, que tu n'ignores pas


1°) qu'un élève avait rendu une copie de "dictée" entièrement retranscrite dans son langage à lui, en messages codés du texte qu'il comprenait (la ou le prof s'est arraché les cheveux)


2°) qu'un roman a été "écrit ?" ainsi : en langage sms...


3°) que "ce qu'il y a de condamanable", à mes yeux - et à l'ouïe - c'est tout simplement la "musique" de la langue française qui eet totalement dissoute, effacée, ignorée - voilà où le bats
blesse .... Flaubert en sms ?.. Même pas Nothomb en sms ou en texto... (qui souffre de la chaleur parisienne, m'a -t-elle écrit "normalement", il y a peu, et à qui j'ai répondu par un poème
"entièrement lisible"... Je crois que je ne peux avaliser ces nouveaux langages, ayant moi-même , étudiant, appris la sténo....(dont j'ai tout oublié, forcément, même en 1974/76, tous ces signes,
non musicaux, ne rentraient pas dans ma caboche... Il faut alors naître avec son époque afin de mieux l'ingurgiter (le slam ou le rap ne sont des miennes écoutes, non plus : ringard ou
néo-avant-gardiste , suis-je, en conservant cette musicalité ? 


KENAVO A GWECHA'L..... (sms breton ?)



Sandrine H. 13/06/2010 15:32



J'adore ! c'est très drôle.


Néanmoins en suivant cette conversation "théâtrale" lol , je me suis dit en souriant bêtement à l'écran que je lisais, que j'ai peut-être moi aussi oublié d'être jeune !


1) il m'a fallu 2 fois plus d'attention pour comprendre ce que tu écrivais


2) j'avoue que parfois toutes ces abréviations, ces simplifications de mots me saoûlent...Je ne suis pas certaine que ça serve non plus l'orthographe...Quand je vois " Sa va?" plutôt que "ça
va?".... J'ai mes poils qui se hérissent...Onomatopée, abréviations, etc...ok.... Mais parfois ça me fait bondir !!!!



Nadège 13/06/2010 11:18



Qu'il est plaisant de lire ça. Bien sûr on a été jeune, les adultes nous jugeaient aussi, ahuris de l'existance du verlan et pourtant qu'est-ce qu'on s'amusait avec ça. Il s'agit de création et
les ados d'aujourd'hui jouent et créent une frontière nécessaire avec leurs aînés. Dire qu'ils sont débiles c'est ne rien comprendre et réduire sa pensée (comme quoi les mots n'ont pas le
monopole).



MG 13/06/2010 09:28



Rhôôôô... tu utilises des abréviations ! J'ai l'impression de lire un sms. ;-)



cedric G 13/06/2010 09:18



salut


bien le texte.Sinon quoi de 9.


A + tard sur msn.